«La Chine était le pays le plus efficace au monde pour protéger le patrimoine agricole», a indiqué un responsable de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), Mauro Angoletti.

Ce dernier, président du Groupe consultatif scientifique des Systèmes ingénieux du patrimoine agricole mondial (SIPAM) de la FAO, a fait part de ces remarques en marge du forum international sur les SIPAM, le 19 avril à Rome. Au cours de ce forum, 13 nouveaux sites ont officiellement été inscrits comme sites SIPAM, dont quatre systèmes agricoles traditionnels sont d’origine chinoise.

Dans une interview accordée à l’agence de presse Xinhua, Mauro Angoletti a estimé que le gouvernement est «l’un des plus puissants et généreux partenaires des projets de la FAO, et la Chine a une expérience précieuse à partager avec le monde».

De son côté, Maria Helena Semedo, Directrice générale adjointe de la FAO, a expliqué que «ces systèmes reflètent une profonde harmonie entre l’humanité et la nature». Ces nouveaux sites portent à 50 le nombre total de sites SIPAM dans le monde, parmi lesquels, 15 sont en Chine, faisant de la Chine le pays avec le plus de sites SIPAM dans le monde.

«La valorisation de ces sites n’est pas uniquement une façon d’être nostalgique du passé, elle offre aussi des solutions pour le présent et l’avenir. Les SIPAM sont une occasion de parler d’innovation et d’opportunités et notamment de comment élargir l’accès aux entreprises et aux nouveaux marchés tels que l’éco-étiquetage, l’agrotourisme et l’émancipation des jeunes afin d’ajouter de la valeur à notre patrimoine agricole» a insisté Mauro Angoletti.

Zhang Taolin, vice-ministre chinois de l’agriculture et des affaires rurales, a pour sa part déclaré que «le gouvernement chinois attachait une grande importance à la protection du patrimoine et de la civilisation agricole».

S’appuyant sur l’essence de l’agriculture traditionnelle, le gouvernement chinois s’engage à développer une agriculture moderne et durable, et s’efforce de faire en sorte que la culture agricole ne soit pas perdue, a ajouté Zhang Taolin.