L’ambassadeur de Chine au Congo, Ma Fulin, a été reçu en audience le 24 novembre à Brazzaville par le président de la République populaire du Congo, Denis Sassou N’Guesso, afin de réitérer le nouvel engagement de la Chine de restructurer la dette congolaise.

La Chine se dit prête à restructurer sa dette afin de permettre au Congo d’avoir des ressources alternatives pour faire face à ses besoins internes et pour assurer de bonnes relations avec le Fonds monétaire international (FMI).

«Le problème de la dette est traitée entre le Congo et la Chine, c’est une question bilatérale. En 2019, les deux pays ont conclu un accord sur la restructuration de la dette, c’est ce qui a été fait et accepté, admiré même par tous», a expliqué Ma Fulin.

Lire aussi : Vers un effacement de la dette congolaise par Beijing

Selon le communiqué de presse du gouvernement congolais, cette restructuration avait permis au Congo de signer un premier accord avec le FMI sur le programme de Facilité élargie de crédit.

«Aujourd’hui, comme la situation change, surtout après l’apparition de la covid-19, des difficultés se présentent non seulement sur la situation financière du Congo mais aussi sur la coopération bilatérale entre nos deux pays. La Chine est toujours disposée avec la partie congolaise à concrétiser ensemble le consensus obtenu entre le président Xi Jinping et le président Denis Sassou N’Guesso, lors de leur dernier entretien téléphonique en 2021», a indiqué Ma Fulin.

La Chine finance un forage à l’École de l’amitié sino-congolaise 

Uun forage moderne a été inauguré le 26 novembre 2022 par l’Ambassadeur de Chine au Congo, Ma Fulin, en présence des autorités de la mairie du neuvième arrondissement, Djiri, des responsables de l’établissement et d’une foule d’élèves en liesse.

Le forage à l’École de l’amitié sino-congolaise est d’une profondeur de 180m et est doté d’une pompe imagée de 170 m, ayant une capacité totale de 5,5 KVA, capable de produire un grand débit.

Sur le plan technique, le forage est composé d’un ouvrage de stockage construit en béton armé et placé en dessus. Il comprend de deux réservoirs de 3m3 chacun, soit une capacité globale de stockage de 6m3.

Pour le diplomate chinois, ce forage contribue à l’amélioration des conditions d’apprentissage dans cet établissement public : «la Chine a construit cette école, il y a des années. Jusque-là, elle fonctionne toujours bien et a déjà formé beaucoup de jeunes qui vont contribuer au développement du pays. Pour permettre aux enfants d’étudier dans les meilleures conditions, notre ambassade a financé le forage d’un puits avec tous les équipements. L’ouvrage est bien exécuté à la satisfaction de tous».

Un technicien présent a indiqué que «le forage de l’École de l’amitié sino-congolaise fonctionne à base de l’énergie connectée à partir d’une ligne de la société Energie électrique du Congo. D’après les résultats des analyses effectuées au laboratoire de la Congolaise des eaux, le forage produit une eau potable répondant aux normes de l’Organisation mondiale de la santé».

Pas de piège de la dette

En août 2022, le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, a annoncé que Pékin annulait 23 prêts sans intérêt, arrivés à échéance fin 2021, et accordés à 17 pays africains.

La Chine est le premier créancier bilatéral de plusieurs africains à effacer certeins dettes des pays africains. Parmi eux : Djibouti (55% du stock de la dette du pays est chinoise), la RDC (42%), l’Angola (34%), la Guinée (32%), les Comores (31%), le Cameroun (29%), la Zambie (25%) et le Togo (24%).

Au total, plus de 150 milliards de dollars ont été prêtés depuis le début des années 2000 par la Chine, majoritairement par l’intermédiaire de ses banques de développement, la China Eximbank (60%) et la China Development Bank (25%).

Accusée de piéger les pays africains dans des dettes colossales, Wang Yi, a indiqué que sont pays a entre 2000 et 2019, la Chine annulé quelque 3,4 milliards de dollars de dette et restructuré environ 15 autres milliards de dollars de dette, dont 5,7 milliards dans le cadre du plan d’allègement de la dette du G20 pour les pays pauvres.

Lors d’une conférence de presse, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères (MAE), Wang Wenbin, a insisté sur le fait que «les accusations» des Occidentaux étaient «infondées» et qu’elles sont «utilisées [notamment] par les États-Unis et d’autres officiels pour rejeter leurs [propres] responsabilités».

Il a indiqué que «les prêts accordés par la Chine disposaient de taux d’intérêt fixes et inférieurs aux taux commerciaux et aux prêts accordés par la Banque africaine de développement (BAD), dont les taux sont généralement compris entre 4 et 10%.»

Ce dernier a condamné la «mentalité de guerre froide à somme nulle de l’Occident», et proposé la mise en place d’un modèle basé sur une «coopération multipartite avec l’Afrique qui apporte des résultats gagnant-gagnant».

Outre l’annulation de dette, le ministre chinois des Affaires étrangères a indiqué que la Chine va accroître son implication en Afrique et fournir des aides alimentaires, économiques et militaires supplémentaires, tout en maintenant son soutien à l’Union africaine (UA) dans les efforts de cette dernière pour rejoindre le G20.

Au cours de l’année 2022, la Chine a conclu des accords avec 12 pays du continent pour supprimer les droits de douane sur 98% des produits qu’ils exportent vers la Chine, ce qui permettra d’augmenter la compétitivité des produits africains.

En parallèle, 2,17 milliards de dollars supplémentaires ont été investis par les entreprises chinoises en Afrique, et 2 milliards sur les 10 milliards promis pour le commerce ont déjà été engagés.

Illustration : Les présidents Xi Jinping et Denis Sassou-Nguesso