L’Agence tchèque de cyber-sécurité a mis en garde le 17 décembre contre l’utilisation des logiciels et du matériel des géants chinois des télécommunications Huawei et ZTE, affirmant qu’ils sont une menace pour la sécurité de la République tchèque.

« Le principal problème, c’est le contexte juridique et politique de la République populaire de Chine où les sociétés susmentionnées opèrent en premier lieu », a déclaré l’Agence nationale tchèque pour la sécurité de l’information et la cyber-sécurité.

Dans un communiqué, l’agence a indiqué que « les lois chinoises imposent aux sociétés privées ayant leur siège en Chine de coopérer avec les services de renseignement. Par conséquent, les introduire dans des systèmes clés d’un Etat pourrait constituer une menace ».

La branche tchèque de la société Huawei a critiqué ce rapport, demandant à l’agence de présenter des faits au lieu de ternir sa réputation, a rapporté l’Agence de presse tchèque (CTK).

En effet, l’avertissement de l’agence pour la sécurité de l’information et la cyber-sécurité survient après la publication d’un rapport des services de renseignement tchèques sur les activités d’espionnage intenses des diplomates chinois dans ce pays de l’Union européenne et de l’Otan.

A lire aussi : Deux hackers chinois inculpés aux Etats-Unis

Plusieurs pays soupçonnent Huawei d’avoir des liens avec les services de renseignement chinois. Les États-Unis, l’Australie et le Japon ont annoncé vouloir boycotter le groupe chinois pour des raisons de sécurité. De son côté, l’Allemagne a refusé de suivre le mouvement, affirmant récemment n’avoir aucune preuve que Huawei pourrait utiliser ses équipements pour espionner.