Washington a annoncé l’inculpation de deux pirates informatiques chinois, accusés d’avoir mené des cyberattaques contre 12 pays, « au nom du gouvernement chinois », d’après certains médias.

Zhu Hua et Zhang Shilong font partie d’un groupe connu sous le nom de APT 10, opérant depuis la Chine « en association avec le ministère chinois de la Sécurité d’Etat », a déclaré le ministère américain de la Justice.

D’après le ministère américaine, ce groupe a mené de 2006 à 2018 « une campagne mondiale d’intrusion dans des ordinateurs » afin d’usurper des données confidentielles et des secrets industriels à des dizaines d’entreprises dans 12 pays.

« Il s’agit tout simplement de tricherie et de vol, et ça donne à la Chine un avantage injuste aux dépens des entreprises et des pays qui respectent les règles internationales », a dénoncé, Rod Rosenstein, vice-ministre de la justice.

Ce dernier a indiqué qu’il « va être difficile pour la Chine de prétendre qu’elle n’est pas responsable de ces attaques, maintenant que les Etats-Unis ont rendu public un acte d’accusation très précis et détaillé ».

De son côté le directeur du FBI, Christopher Wray, a estimé qu’aucun pays ne représente « une menace aussi lourde et sur un temps aussi long » que la Chine. Selon lui, l’Empire du milieu veut « remplacer les Etats-Unis comme première puissance mondiale ».

Le temps des rapprochements diplomatiques sont loin désormais. En effet, le dernier signe d’une baisse de la tension, face du début du mandat du président Xi Jinping en 2017, lorsque le président Donald Trump l’avait d’« ami ». Mais depuis les relations bilatérales connaissent des hauts et des bas.

A lire aussi : Chine/USA : vers une entente sur le cyber-espace

Washington continue d’accuser Beijing d’avoir rompu un pacte de non-espionnage économique signé en 2015 avec l’ex-président américain Barack Obama. « Notre relation avec la Chine est compliquée », « ils mènent des opérations d’espionnage et d’influence ici aux Etats-Unis », a commenté le secrétaire d’Etat Mike Pompeo.