Hermès a dépassé ce 14 avril 2022 les attentes au premier trimestre, grâce à la hausse de la demande pour les accessoires de luxe, surtout en Europe et outre-Atlantique.

La société française œuvrant dans la conception, la fabrication et la vente de produits de luxe voit cependant le secteur dans son ensemble pâtir des retombées de la guerre en Ukraine et des mesures de lutte contre le coronavirus en Chine.

Lors d’une conférence téléphonique, le directeur financier du groupe de luxe, Eric du Halgouët, a expliqué que la société faisait état d’un bon début d’année en Chine jusqu’à début mars, au moment où les magasins ont dû fermer en raison des mesures prises par les autorités pour endiguer la propagation du coronavirus.

En effet, Hermès en a fermé trois à Shanghaï. Toutefois, « nous sommes confiants et espérons que ces magasins à Shanghaï rouvriront rapidement. En tout cas, les fondamentaux sont excellents en Chine », a indiqué Eric du Halgouët.

Sur les trois premiers mois de l’année 2022, Hermès a vu son chiffre d’affaires grimper à 2,8 milliards d’euros à taux de change constants, en hausse de 27% alors que les analystes tablaient sur une croissance organique de 15% sur la période.

Pour les analystes du cabinet Bernstein, cité par l’agence de presse Reuters, ces résultats confirment que « l’année démarre sur les chapeaux de roue ». Sur le trimestre 2022, toutes les divisions ont affiché une croissance à deux chiffres, y compris l’activité maroquinerie-sellerie où les revenus ont crû de 15,8%.

La croissance a été encore plus soutenue dans les autres pôles avec une hausse de 44% des ventes pour les vêtements et les accessoires et un bond de 62% pour l’horlogerie.

Concernant la situation en Russie, Eric du Halgouët a indiqué que le groupe était en contact étroit avec ses 60 employés dans le pays. Les employés sont toujours rémunérés et bénéficient de formations. Certains des salariés ont été transférés dans des pays voisins.

Hermès avait annoncé début mars 2022 la fermeture temporaire de ses boutiques en Russie à la suite de l’invasion de l’Ukraine. Eric du Halgouët a expliqué que toutes les exportations vers la Russie avaient été suspendues et qu’Hermès se conformait aux sanctions infligées par les pays occidentaux à Moscou et visant des oligarques russes.