Un mausolée a été découvert à Luoyang, dans la province du Henan, il pourrait appartenir à Liu Zhi, empereur de Chine ayant régné de l’an 146 à 168.

Le mausolée est un complexe en pierre et contient un certain nombre de couloirs, de cours et d’un système de drainage. À l’origine, il aurait été recouvert d’un monticule de terre. Les fouilles du site sont toujours en cours.

Les archéologues ont découvert un artefact qui pourrait confirmer que cette mystérieuse tombe appartient à l’empereur Liu Zhi (règne de l’an 146-168 de notre ère), également connu sous le nom d’empereur Huan.

Les archéologues travaillent sur le site depuis de nombreuses années et ont longtemps émis l’hypothèse qu’il pourrait s’agir de celui de Liu Zhi/ Mais un sceau découvert lors des récentes fouilles pourrait enfin le prouver.

Le sceau contient le nom de l’empereur Liu Hong, le successeur de Liu Zhi. Les archives historiques analysées par les chercheurs indiquent que Liu Hong a construit un mausolée pour Liu Zhi après sa mort, et la présence de ce sceau au mausolée suggère qu’il s’agit bien de son mausolée de Liu Zhi.

«Avec les documents précédents sur l’emplacement de la tombe de l’empereur, la découverte nous rend presque certains qu’il s’agit de la tombe de l’empereur Liu Zhi», a déclaré Wang Xianqiu, chercheur associé à l’Institut de recherche sur les reliques culturelles et archéologiques de la ville de Luoyang.

Ce dernier dirige les fouilles au mausolée et a expliqué à l’agence de presse Xinhua que l’empereur Liu Zhi a gouverné la Chine durant une époque de grands conflits : la dynastie Han. A cette époque, il y avait des famines fréquentes, des rébellions et des purges sanglantes des fonctionnaires du palais pendant son règne.

Des documents publiés par l’historien chinois Sima Guang au 11ème siècle et traduits en anglais par Rafe de Crespigny dans un livre initialement publié en 1989 intitulé « Emperor Huan and Emperor Ling » (Internet Edition, 2018) racontent que de telles famines et rébellions ravageaient la Chine pendant le règne de Liu Zhi.

L’empereur a répondu aux problèmes en tuant périodiquement les fonctionnaires de son palais. En 159 après J.-C, il a exécuté Liang Ji, un haut fonctionnaire qui l’avait aidé à atteindre le pouvoir. La famille de Liang Ji a également été tuée par Liu Zhi, comme l’ont été d’autres fonctionnaires dans les années suivantes, selon les archives.

Vers la fin de la vie de Liu Zhi, des voix se font de plus en plus entendre, malgré le risque d’être exécuté. En 166 après J.-C., les étudiants qui étudiaient pour les examens impérieux de la fonction publique ont organisé des manifestations, mais les troupes les ont arrêté rapidement. Les archives font également état de campagnes militaires sanglantes résultant des nombreuses rébellions.

En plus de ses tendances à la violence, Liu Zhi avait un grand désir pour les femmes. Certains récits historiques disent qu’il avait plus de 5000 concubines dans son harem, mettant un peu plus en péril les finances de l’empire.

Les chinois sont épuisés par les impôts nécessaires pour soutenir les finances publiques et notamment les frasques de l’empereur. Les gens vivent dans une pauvreté extrême.

En 167, un dénommé Xun Shuang, qui postulait à un emploi au sein du palais, s’en était alarmé auprès de l’empereur : «J’ai ouï dire qu’il y a cinq ou six mille concubines dans votre harem (…). Des innocents sont assaillis par les impôts nécessaires à l’emploi de ces femmes inutiles. Des personnes ordinaires à travers l’empire se trouvent dans une pauvreté terrible.» Xun Shuang sera recruté par Liu Zhi.

L’empereur Liu Zhi est mort en janvier 168, à l’âge de 36 ans. Selon les archives historiques, il aurait été assassiné. Le mausolée dans lequel il a été enterré s’appelait le «monticule de la compréhension».