Le conseiller commercial de la Maison Blanche, Peter Navarro, a déclaré le 22 juin que l’accord commercial avec la Chine était « terminé ».

Peter Navarro a annoncé la fin de l’accord commercial entre la Chine et les Etats-Unis, en raison de la mauvaise gestion de l’épidémie de coronavirus, Covid-19, par la Chine. « C’est fini », a déclaré Peter Navarro à la chaîne Fox News dans une interview.

Ce dernier a répondu à des questions portées sur l’accord commercial. Il a déclaré que le « tournant » est survenu lorsque les États-Unis ont appris la propagation du coronavirus seulement après le départ de Washington d’une délégation venue de Chine, après la signature de l’accord de la « phase 1 », le 15 janvier.

« C’est à une époque où ils avaient déjà envoyé des centaines de milliers de personnes dans ce pays pour propager ce virus, et ce n’est que quelques minutes après le décollage de l’avion que nous avons commencé à entendre parler de cette pandémie », a déclaré Peter Navarro.

Le président Donald Trump envisage de suspendre toutes les relations, y compris économiques, avec la Chine, dans un contexte de tensions extrêmes entre les deux premières puissances mondiales.

« Les Etats-Unis maintiennent bien entendu une option politique, sous plusieurs conditions, de couper tous les ponts avec la Chine », a-t-il écrit sur Twitter. Ce dernier a cependant empéré les propos, tenus la veille à propos de la Chine, par son représentant au Commerce, Robert Lighthizer, lors d’auditions au Congrès.

De gauhe à droite : Steven Mnuchin et Robert Lighthizer face à Liu He et Zhong Shan

Robert Lighthizer, artisan de l’accord économique signé entre la Chine et les Etats-Unis, s’est montré optimiste, répétant que les autorités chinoises allaient tenir leurs engagements, notamment d’achats massifs de biens agricoles américains.

Le fait de couper les relations avec la Chine « était une option politique il y a quelques années mais je ne pense qu’il s’agisse d’une politique ou d’une option politique raisonnable à ce stade », avait déclaré Robert Lighthizer.

Or mi-mai, Donald Trump avait déjà menacé de rompre toute relation avec la Chine, et assuré qu’il ne souhaitait plus parler à son président, Xi Jinping. De son côté, le porte-parole de la diplomatie chinoise, Zhao Lijian, a jugé « ni sage ni réaliste » une rupture entre les deux premières puissances économiques.

« Cela n’aidera pas à résoudre les problèmes des Etats-Unis et ne fera que causer plus de tort aux Américains », a-t-il estimé. Le président républicain a répété que si la Chine avait agi de manière « responsable » dès l’apparition du virus dans la ville de Wuhan fin 2019, il n’y aurait pas eu autant de mort.

De son côté, la Chine affirme avoir transmis le plus vite possible toutes les informations à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et à d’autres pays, dont les Etats-Unis.

Deux jours après ces déclarations, Peter Navarro, conseiller de la Maison blanche pour les dossiers liés au commerce international, avait assuré que l’accord « restait en place », revenant sur ses précédentes déclarations qui annonçaient que le pacte était « terminé ».

Il a ajouté que ses propos avaient été « sortis de leur contexte » après que le président américain, Donald Trump, a tweeté que l’accord avec la Chine était « toujours d’actualité ».