Les Etats-Unis envisagent d’ajouter Alibaba et Tencent à leur liste noire des entreprises chinoises soupçonnées d’être détenues ou contrôlées par l’armée chinoise.

Avec une capitalisation boursière cumulée de 1.300 milliards de dollars (1170 mds €), Alibaba et Tencent sont les deux plus grands groupes asiatiques cotés en Bourse.

Leur intégration à cette liste noire serait le signe le plus puissant envoyé par Donald Trump sur sa volonté de durcir sa politique contre les entreprises chinoises et la Chine à l’approche de la fin de son mandat de président des Etats-Unis le 20 janvier.

Les responsables du département de la Défense, qui supervisent l’élaboration de cette liste noire, principalement composée d’entreprises chinoises, n’ont pas encore pris de décision définitive. Ces derniers envisagent d’y inclure d’autres entreprises chinoises, selon des sources proches du dossier, cité par l’agence de presse, Reuters.

Alibaba et Tencent ont refusé de commenter ces informations, rapportées par le Wall Street Journal. 35 entreprises chinoises figurent déjà sur cette liste, dont le fabricant de puces SMIC et le groupe pétrolier CNOOC.

Il est interdit aux investisseurs américains d’acquérir des actions dans ces entreprises chinoises. A cette liste s’ajoute un décret signé par Donald Trump le 5 janvier interdisant toute transaction avec huit applications chinoises, dont le service de paiement mobile Alipay d’Ant Group, filiale d’Alibaba, et les outils QQ Wallet et WeChat Pay de Tencent.