« La Chine devrait donner accès (à son territoire) aux responsables de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) enquêtant sur les origines du COVID-19 sans délai », a déclaré la ministre australienne des Affaires étrangères, Marise Payne.

Il y a deux jours, le chef de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, s’est dit « très déçu » que la Chine n’ait toujours pas autorisé l’entrée d’une équipe d’experts internationaux en coronavirus.

Lire aussi : L’équipe de l’OMS n’a pas les autorisations nécessaires pour se rendre en Chine

« Nous espérons que les autorisations nécessaires pour le voyage de l’équipe de l’OMS en Chine pourront être délivrées sans délai », a déclaré Marise Payne lors d’une conférence de presse.

Cette dernière a réitéré l’importance de l’étude scientifique organisée par l’OMS et a déclaré: « Nous attendons avec impatience les résultats de la mission internationale sur le terrain en Chine ».

Certains observateurs et experts pensent que le nouveau coronavirus – Covid-19 – est apparu pour la première fois dans la ville de Wuhan, dans le centre de la Chine, en décembre 2019.

Le Covid-19 s’est ensuite propagé dans le monde entier, infectant plus de 86 millions de personnes et tuant plus de 1,8 million, selon les calculs de l’agence de presse Reuters.

L’Australie a été l’une des principales voix en appelant à une enquête indépendante sur les origines du COVID-19 et, en partie à cause de cela, a vu ses relations avec la Chine se détériorer.

Lire aussi : L’Australie veut une enquête internationale sur les origines des coronavirus

La Chine, premier partenaire commercial de l’Australie, a depuis limité les importations de bœuf, imposé des droits de douane sur le vin australien et dit à ses meuniers de cesser d’acheter du coton australien.