De nombreux gouvernements locaux ont émis des bons de consommation numérique, via les principales plateformes de paiement mobile du pays, afin de stimuler l’économie touchée par le coronavirus.

Les bons de consommation, dont certains sont numériques et accessibles via des plateformes telles que Alipay (Ant Financial Services) et WeChat Pay (Tencent Holdings), ont été distribués dans 28 provinces et plus de 170 préfectures, d’après Wang Bingnan, vice-ministre du commerce.

Ce dernier a indiqué que la valeur des bons déjà distribués, pouvant être principalement utilisés pour les dépenses de vente au détail et de restauration, s’élevait à plus de 19 milliards de RMB (2,4 milliards d’euros).

Wang Bingnan a expliqué que les bons avaient stimulé la croissance de la consommation et offert un coup de main aux entreprises qui avaient été durement touchées par l’épidémie de coronavirus.

Le PDG de Ant Financial, Hu Xiaoming (ou Simon Hu), a déclaré lors d’un forum à Pékin que plus de 100 villes avaient utilisé Alipay pour distribuer des bons de consommation numériques.

Ce dernier a déclaré que les données d’Alipay montraient que pour chaque RMB 1 distribué via les bons, les consommateurs dépensaient 8 RMB supplémentaires. Dans certaines régions, ce chiffre a atteint 15 RMB, a-t-il indiqué.

Information CMC : RMB 1 = 0,13 €

Or cette mesure serait peu efficace et ne devrait pas devenir un outil politique régulièrement utilisé, d’après certains experts cités par le magazine Caixin. En effet, trois mois de crise sanitaire ont fait chuter la consommation de 20%. Le gouvernement espère prochainement un rebond de ce secteur pour sauver l’économie.

D’ailleurs, les ventes de détail en avril, indicateur phare de la consommation, ont poursuivi leur repli sur un an (-7,5%) mais à un rythme moins prononcé que le mois précédent (-15,8% en mars).

Dans une récente note, la banque d’affaires Nomura a relevé que les ventes de détail lors du congé de la Fête du travail début mai, le premier pour les chinois depuis l’arrivée de la pandémie, étaient en recul de 6,7% par rapport à 2019.