mardi, juillet 16

L’Australie et la Nouvelle-Zélande restent prudents face à la Chine

Les préoccupations en matière de sécurité régionale ont prit le pas sur les liens commerciaux pourtant lucratifs lors de la visite du premier ministre chinois, Li Qiang, en Nouvelle-Zélande et en Australie.

Li Qiang est arrivé en Nouvelle-Zélande le 13 juin 2024, avant de se rendre en Australie en fin de semaine, a indiqué le ministère chinois des affaires étrangères.

La Nouvelle-Zélande a été le premier pays occidental à conclure un accord de libre-échange avec la Chine en 2008. De plus, la Chine reste son principal marché d’exportation pour le lait et les produits agricoles, avec des échanges bilatéraux de près de 38 milliards de dollars néo-zélandais (23 milliards de dollars).

Lire aussi : Le premier ministre chinois Li Qiang arrive en Nouvelle-Zélande

L’Australie, de son côté, est le premier fournisseur de minerai de fer de la Chine, son principal partenaire commercial. Mais les deux pays font concurrence à la Chine pour les terres rares nécessaires aux véhicules électriques et à la défense.

Le premier ministre néo-zélandais, Christopher Luxon, a déclaré que la visite de Li Qiang était l’occasion pour les entreprises de conclure des accords et qu’il existait « d’énormes domaines de coopération avec la Chine, en particulier dans les domaines du commerce, de l’énergie et du changement climatique ».

« Les différences seront également discutées », a-t-il ajouté. Autrefois modérée à l’égard de la Chine, la Nouvelle-Zélande a durci sa position, reprochant à Pékin d’avoir piraté le parlement du pays au cours de cette année, et soulignant la menace croissante que la Chine fait peser sur la sécurité dans le Pacifique.

« Depuis 2017, la relation est passée d’une relation principalement axée sur les opportunités à une relation également préoccupée par la résilience et la dépendance excessive », a expliqué à l’agence de presse, Reuters, Jason Young, directeur du Centre de recherche sur la Chine contemporaine de la Nouvelle-Zélande à l’Université de Victoria.

L’ambassadeur de Chine, Wang Xiaolong, a déclaré en mai lors d’un China Business Summit à Auckand que Pékin n’était pas une menace, mettant en garde contre des « accusations sans fondement, qui éroderaient la précieuse confiance que nous avons construite ».

Apaiser les tensions avec l’Australie

En Australie, Li Qiang se rend d’abord dans la ville d’Adélaïde, où un couple de pandas doit retourner en Chine, bien que les habitants s’attendent à ce que leur séjour soit prolongé ou que des pandas de remplacement soient envoyés.

Le Premier ministre chinois aura un déjeuner avec des exportateurs de vin auparavant exclus du marché chinois. Ces deux évènements permettront d’apaiser un différend politique ayant poussé Pékin à suspendre 20 milliards de dollars australiens (13 milliards de dollars) d’exportations de produits agricoles et minéraux australiens entre 2020 et 2023.

Un sondage publié le 12 juin par l’Institut des relations Australie-Chine de Sydney a montré que les blocages commerciaux avaient entraîné une profonde méfiance au sein de l’opinion publique : 74% des personnes interrogées estiment que l’Australie est trop dépendante de la Chine sur le plan économique et 71% considèrent que Pékin représente une menace pour la sécurité.

Le Premier ministre australien Anthony Albanese a déclaré que la visite de Li Qiang montrait que les liens s’étaient stabilisés, même si les deux pays se disputent l’influence dans le Pacifique et que les rencontres entre les forces de défense sont toujours tendues.

L’Australie et la Chine échangeront à Canberra avec une « attitude plus réaliste de ce qu’elles ont en commun », a déclaré Richard McGregor, chercheur principal de l’Institut Lowy pour l’Asie de l’Est.

« La Chine continue de considérer l’Australie comme un fournisseur fiable de matières premières et elle est particulièrement désireuse de repousser tout effort visant à restreindre son accès aux minerais essentiels, des terres rares au lithium », a indiqué ce dernier.

« Alors que la Chine était le premier client de l’Australie et un investisseur précoce dans son secteur minier, les États-Unis, le Japon et l’Europe rattrapent leur retard et veulent maintenant que Canberra restreigne les investissements chinois », a-t-il ajouté.

En Australie occidentale, Li Qiang devrait visiter l’usine de traitement de la société chinoise Tianqi Lithium, ainsi que la société minière et énergétique australienne Fortescue.

Dans un article d’opinion publié dans The Australian le 12 juin, Anthony Albanese a souligné l’importance du commerce avec la Chine et l’ambition de son gouvernement de répondre à la demande mondiale de minerais essentiels grâce à une politique « made in Australia ».

« Alors que de plus en plus de pays établissent un lien explicite entre leur sécurité économique et leur sécurité nationale, nous veillerons à ce que le cadre australien des investissements étrangers soit plus efficace et transparent et à ce qu’il permette de mieux gérer les risques », a-t-il écrit.

Interrogé par Reuters, l’homme d’affaires Warwick Smith, qui participera à une table ronde de chefs d’entreprise avec Li Qiang et Albanese en Australie occidentale, a déclaré que la Chine était susceptible de soulever la question du contrôle des investissements étrangers par l’Australie, en particulier dans le domaine des terres rares, comme un secteur dans lequel elle souhaitait établir un partenariat.

Le président de l’Australia China Business Council, David Olsson, a déclaré que le conseil s’attendait à la levée de la dernière interdiction commerciale imposée par la Chine sur les produits de la mer. Il a dit espérer un assouplissement des formalités d’obtention de visas.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *