Le ministre des Affaires étrangères Wang Yi, en visite en Italie, a exhorté le Canada à lever les principaux obstacles aux relations bilatérales.

Lors sa rencontre à Rome avec le ministre canadien des Affaires étrangères, François-Philippe Champagne, Wang Yi (image ci-contre) a rappelé que cette année marque le 50e anniversaire de l’établissement des relations sino-canadiennes.

Lire aussi : Le Canada réclame la libération de deux de ses ressortissants à la Chine

Ce dernier a indiqué qu’il y a 20 ans, la Chine et le Canada « ont bravé les ingérences extérieures et résisté aux pressions venues de tous côtés pour établir des relations diplomatiques avec la Chine, ce qui avait constitué un pas dans la bonne direction ».

Soulignant qu’il n’existe aucun différend historique entre la Chine et le Canada, qu’il n’y a pas non plus entre les deux pays de réel conflit d’intérêts, il a pointé du doigt « la détention injustifiée par Ottawa d’une citoyenne chinoise », qui a causé de « graves difficultés » dans les relations bilatérales.

« Il revient à celui qui a été à l’origine des problèmes d’y mettre fin, ce que devrait comprendre la partie canadienne », a expliqué le chef de la diplomatie chinoise. Ce dernier a dit espérer que le Canada « agisse en tant que pays indépendant et résolve la question dès que possible ».

François-Philippe Champagne a appelé à la libération de ses deux concitoyens Michael Kovrig, ancien diplomate en poste en Chine, ainsi que l’homme d’affaires Michael Spavor, détenus en Chine depuis le 10 décembre 2018 pour espionnage.

Ce dernier a estimé que les 50 dernières années ont été marquées par un développement important des relations bilatérales. François-Philippe Champagne a souligné que le Canada est prêt à travailler avec la Chine, dans un esprit de respect mutuel, pour trouver un moyen de résoudre les problèmes, dans le but de stimuler les relations bilatérales.