Le Conseil des Affaires d’Etat (gouvernement chinois, ndlr) a décidé de renforcer son soutien, en ciblant « les nécessiteux et petites entreprises, dans le cadre des efforts pour relever les défis auxquels l’économie est confrontée ».

Davantage d’efforts seront déployés pour renforcer l’aide aux personnes vivant dans la pauvreté, dont celles qui vivent des allocations minimum de subsistance ou qui sont sans emploi, a expliqué le communiqué, publié à l’issue du Conseil des Affaires d’Etat.

Présidant cette réunion, le Premier ministre, Li Keqiang, a assuré que « le pays améliorera les services de financement aux micro et petites entreprises ».

Ainsi, des projets nationaux dits majeurs vont être mit en place et la priorité sera donnée à l’emploi de ceux qui vivent dans la pauvreté, a indiqué le communiqué. De ce fait, « la politique qui consiste à utiliser l’emploi comme une forme de secours serait appliquée dans davantage de zones et que la part des salaires dans le financement des projets augmenterait », a expliqué Li Keqiang.

Comme l’épidémie de COVID-19 pourrait faire plonger ou replonger des gens dans la pauvreté, le Conseil des Affaires d’État a appelé à adopter des mesures de soutien, dont l’offre de micro-crédits à un taux d’intérêt réduit et la formation professionnelle aux mains d’œuvre vulnérables.

Il a aussi été décidé d’élargir les conditions d’obtention des indemnités de subsistance minimum et d’assurance chômage pour couvrir toutes les personnes qualifiées.

Afin de renforcer le soutien financier aux micro et petites entreprises, le conseil a appelé les banques à accorder davantage de prêts et à réduire temporairement le ratio de couverture de la provision des petites et moyennes banques de 20 points de pourcentage afin de relâcher davantage de crédits.

Pour les micro et petites entreprises, ainsi que les entreprises privées dans l’industrie des services qui sont locataires des propriétés d’État, le gouvernement a décidé de les exempter de trois mois de loyers au cours du premier semestre de l’année.

« L’allégement fiscal et les prêts à un taux d’intérêt réduit peuvent être rendus disponibles pour les propriétés étatiques et non-étatiques offrant des réductions ou exemptions de loyer », selon le communiqué.