Le Parti Communiste Chinois et l’avènement de la Chine nouvelle

par | Juil 1, 2021 | 100 ans PCC, Coin des Idées, PCC, Yoro Diallo

De Yoro Diallo – En ce jour historique du 1er juillet 2021, marquant la commémoration du 100ème anniversaire de la fondation du Parti Communiste Chinois (PCC), il me vient à l’esprit l’adage selon lequel « quand on veut comprendre un phénomène, il faut toujours commencer par son histoire ».

Le Parti Communiste Chinois est un véritable phénomène historique, populaire avec plus de 91,914 millions de membres (2020) qui prend son essence dans le vécu du peuple Chinois.

Ses combats héroïques ont mené à l’avènement de la Chine nouvelle, à l’extraordinaire progrès d’un pays arriéré, émietté, pauvre, meurtris, à la réalisation de l’objectif du premier centenaire c’est-à-dire « la réalisation en Chine d’une société de moyenne aisance sur tous les plans  au moment de la célébration du centenaire de la fondation du CPC en 2021 ».

Cet objectif atteint avant date échue, le PCC poursuit avec détermination le chantier du deuxième centenaire, « la transformation de la Chine en un pays socialiste moderne, prospère, puissant, démocratique, harmonieux et hautement civilisé à l’horizon 2049 », année du 100ème anniversaire de la fondation de la République Populaire de Chine. Le renouveau de la Nation chinoise et l’accomplissement du rêve Chinois sont à l’horizon.

Dans les pures traditions africaines, particulièrement celles de mon pays, le Mali, ce jour du 1er juillet 2021, les nyamakala (griots, maitres de la parole, historiens, mémoires des temps) se seraient parés de leurs plus beaux atouts vestimentaires.

Ils auraient sortis Ngonis, coras, bourous, djembés, balafons, Ntamans, baras, tabalés et autres instruments de musique, sacrés ou populaires pour célébrer l’évènement dans toute sa grandeur et le graver pour toujours dans les annales de l’histoire de l’humanité. Ils auraient joué ‘’le janjo’’ pour  les 13 pionniers, éminents patriotes qui ont risqué leur vie en bravant la police coloniale française pour que le PCC soit et que vive la Chine nouvelle.

Il s’agit de : Mao Zedong, Dong Biwu, Li Da, Zhang Guotao, Liu Renjing, Chen Tanqiu, He Shuheng, Wang Jinmei, Deng Enmimg, Li Hanjun, Chen Gongbo, Chou Fo-hai et Bao Huiseng.

Le ‘’janjo’’ est l’hymne (la musique) réservé exclusivement aux braves hommes, aux héros, aux réalisateurs d’œuvres extraordinaires. Ils auraient chanté haut et fort: Gloire au PCC ; gloire au PCC le libérateur de la Grande Nation chinoise ; gloire au grand Peuple chinois.

A travers leurs discours et chants, ils auraient enseigné sur le parcours héroïque du PCC. Ce parcours unique dans l’histoire politique des peuples prend son essence dans le vécu du vaillant peuple chinois.

En parlant du vécu du vaillant peuple chinois, nous relevons qu’aux XVIIIème et XIXème siècles, le peuple chinois a subit une situation dramatique marquée par le féodalisme, la domination coloniale.  En 1840, la Grande Bretagne lance contre la Chine la guerre d’agression appelée « la guerre de l’opium ». L’empire des Qing s’écroule.

La Chine sera occupée par huit puissances occidentales, à savoir : la Grande Bretagne, la France, l’Allemagne, la Russie, les Etats Unis, le Japon, l’Italie et l’Autriche. Les populations connaitront la misère et l’humiliation.

Au regard de la dramatique situation, des patriotes se donneront la mission historique de lutter pour l’indépendance nationale et la libération du peuple.  En 1905 à Tokyo au Japon, le pionnier de la révolution démocratique chinoise Sun Yat-sen créé le Parti révolutionnaire bourgeois (l’Alliance Révolutionnaire) « Tong-menghui ». Il propose la mise en place d’une République Démocratique bourgeoise. Le 10 octobre 1911, un soulèvement se produit à Wuchang.

Le 1er janvier 1912 Sun Yat-sun proclame la République de Chine à Nankin et en devient le Président. L’établissement de la République de Chine n’apporte pas l’indépendance et le progrès social que le peuple attendait.

Manifestations lors du Mouvement 4 mai 1919 (source : CIIC)

Chen Duxiu, connu sous le nom de « Commandant en chef du Mouvement du Quatre Mai »  sonne la trompette de l’éveil des consciences. En septembre 1915 à Shanghai il fonde le Magazine intitulé « Nouvelle Jeunesse ». Le mouvement du 4 Mai devient un mouvement national révolutionnaire auquel participent la classe ouvrière, la petite bourgeoisie et la bourgeoisie nationale.

Ce mouvement se révèle comme un élément remarquable dans l’histoire de la révolution chinoise. Il a mis en lumière la nature agressive de l’impérialisme et engagée la guerre contre les forces féodales. En Août 1920 Chen Duxiu et d’autres fondent à Shanghai le groupe communiste appelé « le groupe communiste chinois ».

Le Groupe installe des branches dans plusieurs localités. Le 23 juillet 1921, 13 délégués des groupes communistes venant de six provinces et municipalités, représentant au total 57 adhérents se retrouvent à Shanghai (concession française à l’époque) pour tenir en secret le premier Congrès National du Parti.

Il s’agit de Li Da, Li Hanjun de Shanghai ; Dong Biwu, Chen Tanqiu de Wuhan ; Mao Zedong, He Shuheng de Changsha, Wang Jinmei, Deng Enmimg de Jinan ; Zhang Guotao, Liu Renjing de Beijing ;  Chen Gongbo de Guangzhou : Bao Huiseng,  délégué de Chen Duxiu. Chou Fo-hai du Japon.

Afin d’échapper à l’intervention de la police coloniale française, le congrès transfère la deuxième journée de ses travaux à bord d’un bateau rouge sur le lac Nanhu (Lac du Sud) dans la ville de Jiaxing, province du Zhejiang. C’est sur ce navire que le Parti Communiste Chinois est proclamé.

Le premier article de la Constitution du parti stipule clairement : « Ce Parti est dénommé Parti Communiste Chinois». Le 31 juillet 1921, le premier Bureau Central du Parti est mis en place. Il désigne Chen Duxiu comme Secrétaire Général et adopte le 1er juillet comme date de naissance du Parti.

La préoccupation majeure des fondateurs du PCC était l’intérêt de la patrie. Il s’agissait pour eux, de redonner au peuple chinois meurtri son indépendance, sa souveraineté, son honneur, sa dignité et sa puissance. Sun Yat-Sen meurt en 1925, Tchang Kaï-chek, le succède. Ce dernier  se retourne contre le PCC, allié du Kuomintang, provoquant la guerre civile. Les Communistes s’engagent dans la guérilla et constituent « l’armée populaire de libération »  sous le nom d’ « Armée rouge », le 1er août 1927.

Lire aussiLes organes des forces armées de l’APN

A partir de 1931, ils établissent la République Soviétique de Chine. En 1934, les Communistes entament la « Longue Marche », appelée parfois « La Marche de dix mille li » ou « de vingt-cinq mille li ». Ce fut un périple d’environ 12 000 kilomètres à travers 11 provinces. Seuls 20 000 à 30 000 combattants auront survécu.

Entre 90 000 et 100 000 personnes y perdront la vie. Les Marcheurs atteignent la région du Shaanxi et les zones dévouées aux communistes comme Wuqi, Bao’an et Yan’an. Commencée le 15 octobre 1934, la Longue Marche prend fin le 19 octobre 1935. La Longue marche inspire Chairman Mao Zedong qui lui dédie un poème :

« L’Armée Rouge ne s’effraie pas de la “Longue Marche”
Dix mille rivières, mille monts ne sont rien pour elle
Les cinq pics sinueux sont de petites vagues
Le vaste Wu Mong est une motte de terre qu’on foule aux pieds
Tièdes étaient les rochers où se brisait la rivière aux Sables d’or
Glacées étaient les chaînes de fer du pont de la Tatu
Passé le mont Mien aux mille pieds de neige
La joie de toute l’armée fut immense. »

Au cours de la marche Mao Zedong se révèle en véritable leader. A la fin de la guerre antijaponaise (1937-1945),  les troupes communistes furent rebaptisée « Armée Populaire de Libération ». A l’issue de 28 longues années d’un mouvement révolutionnaire d’envergure nationale, d’une âpre et héroïque lutte armée, le PCC remporte la victoire, libère le peuple Chinois du joug des occupants.

Le 1er octobre 1949 à Pékin, Mao Zedong proclame l’avènement de la République Populaire de Chine. Le pays ne produisait à l’époque que 3% de la richesse mondiale.

En quelques décennies de croissance à plus de 10% par an, la Chine assure le bien être à ses 1,4 milliards d’habitants et devient la deuxième économie mondiale derrière les États-Unis. En novembre 2012, suite à son élection en qualité de Secrétaire Général du PCC Xi Jinping déclare : « Répondre aux aspirations du peuple d’avoir une vie meilleure, est notre mission ». Le 24 mars 2017 le XIXème Congrès du PCC inscrit dans sa charte la  «Pensée de Xi Jinping sur le socialisme aux caractéristiques chinoises pour la nouvelle ère» simplifiée en la «Pensée de Xi Jinping».

Dans son rapport adressé au 19e Congrès national du PCC en octobre de la même année, Xi Jinping déclare « L’aspiration originelle et la mission des communistes chinois est de rechercher le bonheur du peuple chinois et le renouveau de la nation chinoise ».

En mars 2018, a l’occasion de la commémoration du 120ème anniversaire du  Premier ministre Zhou Enlai (1898-1976), qui a rejoint le PCC en 1921, année de la fondation du Parti Xi Jinping  a expliqué en détail la cause que le PCC défend en ces termes: « Une personne vertueuse est aussi perspicace qu’un miroir clair accroché haut, une personne désintéressée est comme une bougie allumée qui offre toute sa lumière aux autres ». Xi Jinping assure que «rien ne peut ébranler les fondations de la grande nation chinoise. Rien ne peut empêcher la nation et le peuple chinois d’aller de l’avant». Il a souligné « l’importance d’assurer le statut principal du peuple, de rester sur la voie du socialisme aux caractéristiques chinoises et de mettre en œuvre de manière globale la théorie, la ligne et la politique de base du Parti ».

Durant les 28 années de lutte pour l’indépendance et la réunification, sept décennies de travail acharné, le PCC a continué de s’élargir et de se développer. De 57 membres au début, il s’est étroitement lié au peuple Chinois pour devenir le Parti de Gouvernement ayant aujourd’hui plus de 91millions de membres. Le PCC a reconstruit le pays émietté, pauvre, arriéré et ouvert de nouveaux horizons grâce à son engagement patriotique, à son idéal politique commis au peuple.

La puissance économique et politique et diplomatique de la Chine s’est considérablement accrue. De 1949 à 2020, la valeur ajoutée industrielle de la Chine est passée de 12 milliards de RMB plus de 30 500 milliards de RMB,  avec un taux de croissance annuel moyen de 11%. Le PIB est passé de 67,9 milliards de RMB à 90 000 milliards de RMB, et le PIB par habitant a augmenté de 119 à 64 644 RMB. Selon les statistiques de la Banque mondiale, aux taux de change du marché, l’économie de la Chine en 2018 valait 13,6 billions de dollars américains.

Les progrès de la Chine est remarquable dans tous les domaines du développement, de la science, de la technologie. Des réalisations importantes telles que les bombes nucléaires (1967), les missiles balistiques, les satellites artificiels, les vols spatiaux habités, les superordinateurs, et le train à grande vitesse, les infrastructures de transport, la médecine, la lutte contre la pauvreté entre autres ont fortement contribué au développement social et économique du pays. Le commerce extérieur de la Chine n’a cessé de progresser.

En 2009, le pays est devenue le premier exportateur mondial de biens et le deuxième importateur mondial de biens. La Chine est devenue la deuxième économie mondiale, le plus grand fabricant, le plus grand négociant en biens.

En Afrique Sam Nujoma, le Président Fondateur de la Namibie, déclare ce que j’approuve pleinement au sujet du PCC : « Nous sommes convaincus que la Chine, sous la direction du PCC se dirige certainement vers un avenir meilleur et contribuera davantage au développement de la société humaine. Le PCC a fait le choix avec raison d’écrire sa propre histoire en tenant compte de ses propres réalités internes et la situation internationale ».

Vous souhaitez en savoir plus, recherchez votre article

%d blogueurs aiment cette page :