Jeremy Fleming, directeur du quartier général des communications du gouvernement (GCHG), devrait déclaré lors d’un discours à des spécialistes de la défense que la Chine cherche à «profiter» de ses technologies, telles que leurs systèmes satellites et leurs monnaies virtuelles. De quoi représenter, selon lui, «une énorme menace pour nous tous».

Jeremy Fleming va appeler le Royaume-Uni et ses alliés à répondre en urgence à ces menaces, selon un communiqué du GCHQ. «A GCHQ, c’est notre privilège et aussi notre devoir de voir les moments charnières où l’Histoire change sans qu’on s’en rende compte. Ça a l’air de ressembler à un de ces moments», va-t-il expliqué.

«Notre avantage dans notre future stratégie technologique repose sur ce que nous décidons de faire maintenant en tant que communauté. J’ai confiance sur le fait qu’ensemble, nous pouvons tourner ce moment à notre avantage», selon Jeremy Fleming.

Son intervention a lieu alors que la Chine veut lancer sa monnaie numérique, la «yuan numérique», suscitant l’inquiétude des spécialistes qui estiment que Pékin pourrait utiliser cette technologie à des fins de surveillance et de contrôle.

Lire aussi : L’e-yuan, la monnaie numérique, s’implante progressivement en Chine

Une telle monnaie pourrait «permettre à la Chine de s’affranchir partiellement du genre de sanctions internationales actuellement en place contre le régime du (président Vladimir) Poutine en Russie», a souligné Jeremy Fleming.

La Chine a aussi finalisé en 2020 Beidou, son système de navigation par satellite, concurrent du GPS américain. «Beaucoup pensent que la Chine est en train de se doter d’une puissante capacité anti-satellite, avec pour objectif d’empêcher les autres nations d’accéder à l’espace en cas de conflit», d’après Jeremy Fleming.

«Et il y a des craintes que la technologie puisse être utilisée pour traquer les individus». Un avis dénoncé par la porte-parole de la diplomatie chinoise, Mao Ning. Cette dernière a expliqué lors d’un point presse que « la Chine mène une politique étrangère indépendante de paix ».

Selon elle, « le développement de la Chine apporte des opportunités à d’autres pays, pas des menaces ou des défis. Nous espérons que le nouveau gouvernement britannique pourra voir la Chine et les relations sino-britanniques sous un jour objectif et rationnel. S’abonner à l’état d’esprit obsolète de la ‘menace chinoise’ ne profite à personne et finira par se retourner contre lui. Une telle approche ne mène nulle part ».

La porte-parole a réagit aux déclarations du responsable du renseignement britannique, assurant que « l’allégation est totalement infondée et une projection de la propre image de l’allégué. Ce que ces remarques révèlent, c’est une mentalité de guerre froide et un parti pris idéologique ».

« Le développement de la Chine vise à améliorer la vie des Chinois. Cela ne fera que contribuer positivement à la paix et à la stabilité mondiales. Notre développement ne vise personne, encore moins ne représente aucune menace. Faire de la Chine un problème et attiser l’antagonisme et la confrontation ne débarrasse pas le Royaume-Uni de ses propres problèmes« , a souligné Mao Ning.