Le virus H5N8, qui a tué un grand nombre d’oiseaux sauvages jusqu’à présent, a été identifié à Yulin, dans la province du Shaanxi (nord-ouest de la Chine).

Les autorités locales ont lancé une intervention d’urgence, en se débarrassant des animaux morts et en désinfectant la zone.

Le H5N8, un sous-type d’un virus de la grippe aviaire hautement pathogène (VPHA), a été trouvé dans une réserve naturelle nationale, a annoncé mercredi le ministère chinois de l’Agriculture et des Affaires rurales.

Au total, 4 249 oiseaux sauvages sont morts dans l’épicentre de l’épidémie. Cette année, la Chine a signalé six cas de HPAIV, et tous concernaient des animaux sauvages. L’épidémie est survenue de manière sporadique et il n’y a pas de foyers régionaux.

La semaine dernière, la province du Jiangsu (est de la Chine) a signalé le premier cas au monde d’un humain infecté par la grippe aviaire H10N3.

Les autorités sanitaires chinoises ont déclaré quelques heures après l’annonce d’un cas qu’il s’agissait d’une transmission occasionnelle d’oiseau à humain et que le risque de propagation à grande échelle est extrêmement faible.

Lire aussi : Premier cas de H10N3 enregistré dans le Jiangsu en Chine

Mi-mai, la Chine a signalé un foyer de grippe aviaire H5N8 à Nagqu, dans la région autonome du Tibet (sud-ouest de la Chine), a déclaré le ministère de l’Agriculture et des Affaires rurales.

«La maladie hautement pathogène a été détectée parmi les oiseaux sauvages dans deux zones de Nagqu, dont un parc national de zones humides. Jusqu’à présent, 268 oiseaux ont été infectés et sont décédés de la maladie», a indiqué le ministère.

Les autorités locales ont activé une intervention d’urgence, stérilisé la zone et éliminé de manière tous les oiseaux morts en toute sécurité.