La province du Jiangsu a enregistré le premier cas mondial d’une infection humaine par la grippe aviaire H10N3. Les autorités sanitaires de Chine ont annoncé qu’il s’agissait d’une «transmission inter-espèces accidentelle» et que le risque d’une épidémie était «extrêmement faible».

Selon un communiqué par la Commission nationale de la Santé (CNS) de Chine, le patient est un homme de 41 ans originaire de Zhenjiang, dans la province de Jiangsu. Celui-ci a commencé à avoir de la fièvre et d’autres symptômes le 23 avril et fut admis dans un institut médical local le 28 avril.

Lire aussi : La Chine révèle un premier cas humain de grippe aviaire H10N3

L’analyse génétique complète du virus a été obtenue à partir du patient. Elle a révélé une infection par le virus H10N3, faisant de ce patient le premier cas humain de H10N3. L’analyse a également indiqué que le virus était d’origine aviaire et incapable d’infecter de manière effective les êtres humains.

«Aucun [autre] cas humain de H10N3 n’a été enregistré dans le monde et le virus H10N3 est faiblement pathogène pour les oiseaux. Il s’agit d’une transmission inter-espèces accidentelle de la volaille à l’homme et le risque d’une épidémie est extrêmement faible», a souligné la commission.

Le H10N3 est un sous-type de la grippe A, également connu sous le nom de «grippe aviaire». «Le H10N3 est normalement mortel pour les oiseaux sauvages et la volaille. Il peut se propager par le biais des gouttelettes respiratoires entre les animaux, tout comme la grippe et le Covid-19», a expliqué Yang Zhanqiu, un directeur adjoint du Département de biologie pathogénique de l’Université de Wuhan.

Ce dernier a indiqué qu’«on ne sait pour le moment pas comment cette personne a été infectée, mais celui-ci a probablement été en contact direct ou inhalé des gouttelettes respiratoires de volailles malades».

Le scientifique atteste que le risque de transmission aux humains est «faible et rien n’indique que le virus H10N3 peut se propager entre humains». Selon lui, il ne faut pas «réagir de façon excessive à ce cas», mais un suivi devrait être mis en place pour surveiller la façon dont le virus se propage.

Les cas de personnes infectées par d’autres types de grippes aviaires sont courants. Parmi les différents types de grippes aviaires, Yang Zhanqiu remarque que le H5N1 est hautement pathogène, avec un taux de mortalité entre 40 et 50%.

Ainsi, deux autres souches de grippe aviaire, H5N1 et H7N9, ont donné lieu en Asie à des contaminations par contact direct avec des volailles infectées, en 2009 et 2013. Mais les cas de transmission interhumaine restent très rares.

Toutefois, la commission nationale de la santé a demandé aux autorités du Jiangsu de mettre en place des mesures de prévention et de contrôle épidémique pertinentes. Tous les contacts proches du patient ont été placés en observation médicale. Les autorités locales ont par ailleurs mis en place un contrôle d’urgence et aucune anomalie n’a été trouvée jusqu’à présent.

L’état de santé du patient est actuellement stable et celui-ci devrait bientôt pouvoir sortir de l’hôpital. La CNS a toutefois recommandé à la population d’éviter tout contact avec des volailles malades ou mortes, et d’essayer d’éviter les contacts directs avec des volailles vivantes.