Le marché des drones devrait atteindre 75 milliards de yuans (9,75 milliards d’euros) d’ici 2025, a estimé iResearch, groupe d’études et de conseil concentré sur le marché chinois.

Le marché est en pleine expansion en Chine et à l’international, faisant d’ailleurs du pays, le 3ème exportateur de drones à usage militaire, derrière les Etats-Unis. Entre janvier et novembre 2015, les exportations de drones civils fabriqués en Chine ont été multipliés par 9,2. La valeur globale de ces exportations représente 2,7 milliards de yuans, soit 380 millions d’euros.

Cai Hong 4

Cai Hong 4

Les drones sont à la fois utilisés à usage civil, dans la photographie aérienne, la pulvérisation des pesticides, la protection des forêts et le service sécuritaire, mais également militaire.

La Chine représente 5,9% du marché mondial

Ces dernières années, le marché des drones civils en Chine a connu une croissance de plus de 50% et est marqué par une diversification accrue des produits. 99% des drones sortent des usines de Shenzhen, dont  la société DJI, principal fabricant de drones,  qui occupe 70% du marché mondial. Ses clients se trouvent pour la plupart en Europe et en Amérique du Nord.

Malgré des chiffres en hausse, le groupe iReserach a évoqué les défis des fabricants chinois, comme l’insuffisance de règlements sur les zones de vol à basse altitude, les applications limitées des drones, et la mise à jour de la technologie pour rendre les drones plus durables et fiables.

Selon une étude du Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI), paru en avril 2016, les ventes d’armes chinoises ont bondi de 88% entre les périodes 2006-2010 et 2011 et 2015 (hors armes légères), mettant la Chine à la 3ème place des exportateurs d’équipements militaires, avec 5,9% de parts de marché.

Les drones représentent une part importante de ces données, car d’après Shi Wen, un responsable de l’Académie chinoise d’aérodynamique spatiale (CAAA), interrogé par le China Daily : « la valeur totale des contrats que nous avons signés en 2015 pourrait certainement être une des plus élevée en termes de transactions portant sur des drones armés conclues l’an dernier sur le marché international« .

« Cai Hong« , signifiant arc-en-ciel, est une gamme de drone militaire, considéré comme les plus meurtriers. Vendus dans « plus de dix pays« , comme le Nigéria, le Pakistan, l’Algérie, l’Arabie Saoudite, l’Égypte et les Émirats arabes unis, les engins rapportent « des centaines de millions de dollars« , d’après Shi Wen.

Des appareils de guerre efficace

drone

A la différence, les premiers modèles, CH-1 et CH-2, sont des appareils de reconnaissance non armés de petite taille, permettant la localisation et le suivi des objectifs.

Cependant, les modèles plus grands, comme le drone moyen de combat et de reconnaissance CH-3 « Rainbow » et le drone armé de mi-altitude et à haute endurance CH-4, ont su attirer des acheteurs à la recherche d’un appareil de combat sans pilote puissant et abordable.

D’ailleurs, le « modèle qui se vend le mieux jusqu’à présent est le CH-3, mais le CH-4 a également reçu de nombreuses commandes« , a précisé Shi Wen, ajoutant que de plus en plus de pays souhaitent acquérir ce modèle de Cai Hong.

En effet, le CH-3 a une autonomie de 12 heures, et peut lancer des missiles à 10 km de distance de sa cible. De plus, ils « ont une charge utile plus importante, ce qui signifie qu’ils peuvent transporter plus de munitions » que les appareils concurrents.

Le drone MALE (Moyenne Altitude Longue Endurance) CH-4, inspiré du MQ-1 Predator du constructeur américain General Atomics, est également très prisé par les voisins de la Chine. Les autorités irakiennes ont déjà effectué une frappe aérienne avec cet appareil.

La Chine est la 3ème plus importante source d’armes à travers le monde, avec un bond de plus de 88% de ses exportations sur la période 2011-2015, par rapport aux cinq années précédentes, selon les données du Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI).