Les Îles Salomon, l’un des derniers alliés diplomatiques de Taïwan, ont formé une équipe de ministres, afin de s’entretenir avec le gouvernement chinois, en prévision d’un éventuel échange de relations qui pourrait être dévoilé dès cette semaine, a déclaré le chef d’un groupe parlementaire.

Ce pays insulaire du Pacifique reconnaît Taïwan comme un pays autonome depuis 1983, mais les piles seraient un atout pour la Chine, qui fait depuis plusieurs années du lobbying intensif dans le but de récupérer ses alliés.

« Le gouvernement et l’exécutif actuels ont certaines idées en tête pour changer de parti », a déclaré à l’agence de presse Reuters, Peter Kenilorea, un législateur de l’opposition présidant un comité parlementaire des relations étrangères.

Selon lui, « les sommes déjà dépensées par le gouvernement dans ce domaine sont assez révélatrices ». D’ailleurs, un groupe de travail chargé d’évaluer les relations avec Taïwan est revenu d’une visite des pays du Pacifique alliés à la Chine peu avant une visite à Beijing à la mi-août de huit ministres des Solomons et du secrétaire privé du Premier ministre.

« Il ne faut pas beaucoup d’imagination pour déterminer ce que le groupe de travail recommandera », a ajouté Peter Kenilorea, dont le panel examinera les recommandations.

Le groupe de travail, mis en place par le nouveau Premier ministre Manasseh Sogavare, pourrait présenter ses recommandations dès cette semaine. Le gouvernement a toutefois souligné que le groupe ministériel ne s’était rendu qu’à Beijing.

Le groupe de travail et le groupe ministériel souhaitent créer des relations vers Beijing, a déclaré un législateur du gouvernement, sous couvert d’anonymat, qui n’a pas exclu la possibilité d’une surprise.

Pour l’Association d’amitié entre les îles Salomon et la Chine, « à ce stade, on ne sait toujours pas si le gouvernement des Îles Salomon acceptera de passer en Chine ou si le statu quo sera maintenu ».

Selon les documents budgétaires, Taipei s’est engagé à verser 8,5 millions de dollars aux îles Salomon en 2019-2020. Cet argent est versé dans un fonds de développement de la santé très controversé. En effet, selon l’agence de lutte contre la corruption Transparency Salomon Islands, le fonds a des liens avec l’achat de voix.

La question de la rupture des relations risque de diviser le petit archipel des Salomon, qui compte un peu plus de 600 000 habitants. Seize députés ont écrit dans une lettre ouverte que rompre avec Taïwan serait le motif de « libertés compromises » potentielles.

La recommandation du groupe de travail devrait être examinée et ratifiée avant tout changement, et le public devrait donner son avis, dans une consultation publique.