jeudi, juin 20

« Les Jeux asiatiques favorisent l’émergence d’une communauté asiatique à l’avenir commun »

CGTN – Le 4 octobre, le boxeur syrien Ahmad Ghousoon a remporté de haute lutte la médaille de bronze dans la catégorie des 80 kg, la seule médaille de la Syrie aux 19e Jeux asiatiques de Hangzhou.

En raison du conflit et du blocus économique dans leur pays, les athlètes syriens ont dû faire face à des problèmes tels que le manque d’installations d’entraînement au cours de la dernière décennie. Mais Ahmad Ghousoon et d’autres athlètes syriens n’ont jamais abandonné leur rêve de participer aux Jeux asiatiques.

«C’est la troisième fois que je viens en Chine. Quand je marche dans la rue, beaucoup de gens me saluent. Et lorsque nous avons besoin d’aide, de nombreuses personnes viennent nous aider. Je me sens ici chez moi», a-t-il déclaré au China Media Group.

Le sport renforce l’amitié

Les 19e Jeux asiatiques, qui se sont achevés le 8 octobre, ont été l’occasion d’organiser des compétitions tout en promouvant l’amitié et l’unité entre les peuples de différentes régions.

Après avoir remporté la médaille d’or de la finale féminine de kurash (-87kg), l’athlète chinoise Liu Yi a fondu en larmes. Elle a subi des blessures répétées et une forte pression pour remporter le championnat.

Voyant Liu pleurer, sa rivale iranienne Zahra Bagheri lui a embrassé la joue pour la réconforter, et toutes deux se sont embrassées en souriant.

«J’ai fait beaucoup d’efforts aujourd’hui. C’est ma meilleure amie et j’ai beaucoup de respect pour elle, a déclaré Bagheri après la compétition. Je la félicite et j’espère que nous nous reverrons dans un autre match, dans une autre compétition.»

Par ailleurs, le perchiste Ernest John Obiena a dû faire face à des problèmes logistiques avec la délégation philippine lorsqu’il est arrivé à Hangzhou avant l’ouverture officielle des Jeux. Hussain Al-Hizam, d’Arabie saoudite, a permis à Obiena de séjourner dans le camp saoudien et de partager leurs installations d’entraînement.

Bâtir une communauté asiatique avec un avenir commun

Le directeur général par intérim du Conseil olympique d’Asie (OCA), Vinod Kumar Tiwari, a fait l’éloge des Jeux asiatiques de Hangzhou dimanche.

«Techniquement, nous avons assisté à l’un des meilleurs Jeux asiatiques de tous les temps. Le niveau des Jeux a été très, très élevé. Nous en sommes très heureux.»

Ghazal Khalaj, capitaine de l’équipe féminine iranienne de kabaddi, a fait l’éloge de la gestion globale des Jeux asiatiques de Hangzhou, en particulier pour leur avoir fourni un accès complet aux installations, aux médicaments et aux traitements.

Depuis le début de l’événement, le village des médias et les hôtels officiels ont reçu près de 300 lettres de remerciement d’invités du Japon, de la République de Corée, des Philippines, de l’Indonésie et d’autres pays et régions, et 37 600 bénévoles ont été félicités pour leur courtoisie et leur sens de l’hospitalité.

«Nous devons utiliser le sport pour promouvoir l’unité, tirer parti de cette opportunité historique et relever ensemble les défis qui se présentent à nous. Nous devons honorer la devise de l’OCA, ‘Toujours en avant’, et élargir les perspectives de la route asiatique vers le développement commun, l’ouverture et l’intégration», a commenté le président chinois Xi Jinping lors du banquet de bienvenue de la cérémonie d’ouverture des Jeux asiatiques de Hangzhou en septembre.

Grâce au sport, les Jeux asiatiques de Hangzhou ont constitué une plateforme d’échange culturel et de compréhension mutuelle des civilisations. Cette année, non seulement les 45 membres de l’OCA ont participé aux Jeux asiatiques, mais ces Jeux ont également été le théâtre du plus grand nombre d’épreuves jamais organisées, dont l’athlétisme, la natation et d’autres sports olympiques majeurs, ainsi que le wushu, le sepak takraw, le cricket, le kurash et d’autres épreuves spéciales représentant la culture sportive de différentes régions.

«Le sport est un outil. Nous devons prendre conscience que l’Asie est l’un des continents les plus forts du monde. Nous devons être unis. Le sport nous permet de devenir plus forts en tant que pays asiatiques», a souligné Raja Sapta Oktohari, président du Comité national olympique indonésien, à CGTN.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *