Shanghai et Shenzhen sont en train de devenir des destinations viables pour les chercheurs en biotechnologie. En effet, ces derniers parviennent à lever des capitaux, suite à la rédaction et la promulgation de nouvelles règles correspondant à l’ouverture de Hong Kong aux start-ups pharmaceutiques et de soins de santé – sans revenus.

L’an dernier, les régulateurs financiers de Shanghai ont permis aux développeurs de médicaments qui n’avaient pas encore généré de revenus ou de bénéfices de lever des fonds via des offres publiques initiales (IPO) sur le marché de l’innovation scientifique et technologique (Star), après un feu vert similaire sur l’action ChiNext sur le marché de Shenzhen.

Les changements sur les deux bourses correspondent à la réforme des règles d’inscription à la cote d’avril 2018 de Hong Kong, qui a propulsé la bourse locale en seconde position sur le marché mondial des introductions en bourse de biotechnologies après New York.

« Hong Kong est toujours positionnée comme la première destination des introductions en bourse pour les principales sociétés chinoises de biotechnologie, en particulier celles qui recherchent des cotations à l’étranger, grâce à son système juridique mature et stable et à son capital international abondant », a déclaré Tang Jing.

Ce dernier aide les sociétés chinoises de biotechnologie à lever des capitaux et à choisir les lieux d’introduction en bourse. Ce vice-président de l’équipe de banque d’investissement dans les soins de santé et les sciences de la vie à China Renaissance, dit avoir « vu un changement dans la dynamique l’année dernière, qui s’accélère cette année en raison de changements politiques rapides ».

Les changements en cours reflètent la concurrence entre les trois bourses – Hong Kong, Shanghai et Shenzhen – afin de revendiquer le statut de chef de file comme destination de choix pour les entreprises chinoises.

Hong Kong, avec une capitalisation de 4,99 billions de dollars (4,5 billions d’euros) au 15 mai, est le plus grand marché boursier autonome des trois, selon les données de Bloomberg, dépassant les 4,94 billions de dollars (4,4 billions d’euros) de Shanghai et 1,07 billion de dollars (1,5 billions d’euros) de Shenzhen.