Un article publié dans la revue Science indique que les mesures de contrôle avaient fonctionné en brisant la chaîne de transmission et en prévenant le contact entre les personnes atteintes et les personnes susceptibles d’être contaminées.

Ces mesures de prévention et de contrôle ont permit aux villes du pays, hors Wuhan, de gagner du temps et de mettre en place des dispositifs sanitaires efficaces. Ainsi, la décision de Beijing de confiner complètement la ville de Wuhan, épicentre de la pandémie de coronavirus, en janvier 2020, a potentiellement évité plus de 700.000 cas supplémentaires, affirment des chercheurs.

Ces mesures drastiques adoptées dans les 50 premiers jours de l’épidémie ont permis à d’autres villes dans le pays d’anticiper la crise et tenter de maîtriser sa propagation, analysent des chercheurs aux Etats-Unis, en Chine et au Royaume-Uni, dans une étude publiée dans la revue Science.

Le 19 février – il y avait 30.000 cas officiellement déclarés en Chine, a indiqué Christopher Dye, un des auteurs de l’article. «Notre analyse suggère que sans l’interdiction de quitter Wuhan et la réponse nationale d’urgence, il y aurait eu plus de 700.000 cas confirmés de Covid-19 à cette date-là en dehors de Wuhan», a expliqué ce dernier dans un communiqué.

Ces mesures ont selon lui permis de «briser la chaîne de transmission, en empêchant le contact entre les personnes infectieuses et les personnes à risque». Pour enquêter sur la propagation du virus, les chercheurs ont notamment utilisé des données de géolocalisation de téléphones portables.

La période étudiée a eu lieu durant le Nouvel An lunaire, la plus grande fête nationale qui occasionne traditionnellement des flux de déplacement très important à travers la Chine. Avec les données des téléphones portables, les scientifiques ont pu comparer les allées et venues en provenance et à destination de Wuhan avec celles des deux années précédentes.

« Les analyses ont révélé une réduction extraordinaire des déplacements après l’interdiction de voyager décrétée le 23 janvier 2020. Avec ces données, nous avons aussi pu calculer la réduction potentielle des cas associés à Wuhan dans d’autres villes de Chine », a expliqué Ottar Bjornstad, un autre auteur de l’étude.

« Lorsque les autorités chinoises ont verrouillé Wuhan il y a plus de deux mois, la décision a été perçue comme une mesure très drastique dans la lutte contre la propagation de la pandémie. Désormais, près de la moitié du monde a été appelé à se confiner ».

Pour la porte-parole des affaires étrangères, Hua Chunying, « les mesures de prévention et de contrôle prises par la Chine ont modifié le cours dangereux de la rapide transmission du COVID-19, tout en évitant des dizaines de milliers d’infections à travers le pays ».

« Les découvertes de cet article rejoignent l’opinion de l’OMS, ainsi que le consensus des dirigeants et des experts de nombreux pays », a indiqué Hua Chunying. « Le gouvernement chinois a pris les mesures de prévention et de contrôle les plus globales, sévères et rigoureuses le plus tôt possible, qui se sont avérées hautement efficaces à ce stade », a-t-elle précisé.

« Nos efforts ont gagné un temps précieux pour que le monde se prépare face à la pandémie », a indiqué la porte-parole. « Comme le dit l’OMS, la Chine a pris les mesures de prévention et de contrôle les plus courageuses, flexibles et actives, qui ont modifié le cours dangereux de la transmission rapide du virus et ont évité des dizaines de milliers d’infections à travers le pays ».