En réponse à la visite à Taiwan de Nancy Pelosi, présidente de la Chambre des représentants des Etats-Unis, la Commission des Affaires étrangères du Comité national de la CCPPC, le Comité permanent de l’Assemblée populaire nationale (APN) et le Bureau de Travail du CC du PCC ont réagit.

La Commission des Affaires étrangères du Comité national de la CCPPC a assuré que cette visite « viole gravement le principe d’une seule Chine et les stipulations des trois communiqués conjoints sino-américains, viole gravement les normes fondamentales régissant les relations internationales, sape gravement le fondement politique des relations Chine-Etats-Unis, endommage gravement les relations sino-américaines, et constitue une provocation politique majeure à l’encontre de la partie chinoise. Le Comité national de la CCPPC s’oppose fermement et condamne fortement la visite. »

Le Comité permanent de l’Assemblée populaire nationale a indiqué qu’« il n’y a qu’une seule Chine dans le monde, et Taiwan est une partie inaliénable du territoire chinois. Le gouvernement de la République populaire de Chine est le seul gouvernement légal représentant l’ensemble de la Chine. Le principe d’une seule Chine est la prémisse de l’établissement des relations diplomatiques entre la Chine et les Etats-Unis, et constitue également le fondement politique des relations entre la Chine et les Etats-Unis ».

« Les Etats-Unis ont pris un engagement solennel envers la Chine sur la question de Taiwan, mais dans les faits, ils n’ont cessé d’élever les relations de fond et les échanges officiels avec Taiwan, d’enhardir et de soutenir les forces séparatistes ‘indépendantistes de Taiwan’, de tenter d’utiliser Taiwan pour contenir la Chine, ainsi que de porter gravement atteinte à la paix et à la stabilité à travers le détroit de Taiwan ».

De son côté, le Bureau de Travail du Comité Central du PCC a indiqué que « la tentative séparatiste cherchant l’indépendance de Taiwan est le plus grand obstacle à la réunification de la mère patrie, et un grave danger potentiel pour le renouveau national de la Chine ».

Selon lui, « l’autorité du Parti démocrate progressiste (PDP) s’est retranchée dans la position erronée de l’indépendance de Taiwan, a servi d’outil pour les forces anti-Chine aux Etats-Unis pour contenir la Chine, et est devenue encore plus effrontée dans la tentative provocatrice de chercher l’indépendance ».

Le bureau a assuré que « les actions séparatistes de l’autorité du PDP et sa collusion avec les Etats-Unis qui trahissent les intérêts nationaux de la Chine, ne feront que plonger Taiwan dans l’abîme du désastre, et apporter une grande souffrance aux compatriotes taiwanais ».

Évoquant la réunification et « le renouveau de la nation chinoise », le bureau a assuré que ces deux éléments « sont devenus une inévitabilité historique. La Chine doit être réunifiée et le sera sûrement. Cela ne changera pas, quelle que soit la volonté de certaines forces anti-Chine irréductibles du côté de la partie américaine, ou l’illusion des forces séparatistes cherchant l’indépendance de Taiwan ».

La question de Taiwan est la question clé la plus importante et la plus sensible des relations sino-américaines. Face à ce que Pékin qualifie de provocation, les autorités chinoises ont indiqué que « le fait que Taiwan fasse partie intégrante de la Chine ne changera pas, quelles que soient les actions entreprises par les forces anti-Chine aux Etats-Unis et par l’autorité du PDP. Le processus historique de la réunification de la Chine ne sera pas arrêté, quelles que soient les tentatives de Nancy Pelosi et de ses semblables de contenir la Chine en soutenant Taiwan ».

Concernant la question de Taiwan, l’administration Biden s’est engagée à plusieurs reprises à adhérer à la politique d’une seule Chine et à ne pas soutenir l’indépendance de Taiwan. Pourtant, en mai 2022 lors d’un voyage au Japon, le président américain Joe Biden a déclaré qu’il serait prêt à utiliser la force pour défendre Taïwan, mais sans promettre clairement de venir à son aide en cas d’attaque de la Chine.

Ainsi, « si la Chine envahit Taïwan, nous viendrons à sa défense ». Cependant, « nous étions d’accord avec la politique d’une seule Chine, mais que Taïwan puisse être pris par la force, ce n’est pas approprié. Les Chinois flirtent déjà avec le danger en volant si près de Taïwan ».

Le Bureau de Travail du Comité Central du PCC a instamment demandé aux Etats-Unis « d’honorer leurs paroles, de cesser toute forme d’échanges officiels avec la région chinoise de Taiwan, de cesser de s’immiscer dans les affaires intérieures de la Chine, de cesser d’envoyer tout signal erroné aux forces séparatistes de l’indépendance de Taiwan, et de ne pas s’engager plus loin dans cette voie dangereuse ».

Les différents organismes ayant réagit ont assuré que « tout acte erroné qui va à l’encontre de la tendance historique, vise à faire de la question de Taiwan un problème, et porte atteinte à la souveraineté et à l’intégrité territoriale de la Chine, est voué à l’échec et finira par avoir un effet boomerang ».