La Chine a fait appel à l’opinion publique afin de définir les règles de fonctionnement de la nouvelle bourse qui doit être créée à Beijing. Cette plateforme sera destinée aux petites entreprises afin de répondre à leurs besoins de financement.

Ces règles, dévoilées sur le site officiel de la Bourse nationale chinoise des actions et des cotations (NEEQ, pour National Equities Exchange and Quotations) – aussi appelée le «Nouveau troisième conseil», sur lequel la nouvelle bourse s’est appuyée –, impliquent les procédures de cotation, de négociation et de gestion des membres de la nouvelle bourse.

Les règles seront conformes aux dispositions réglementaires actuelles pour les sociétés cotées en bourse en Chine, afin d’assurer la cohérence des normes réglementaires entre toutes les bourses, indique le projet.

Selon le CIIE, un arrangement institutionnel différencié sera conçu sur mesure par les petites et moyennes entreprises (PME) axées sur l’innovation. De plus, le mécanisme de cotation de cette bourse correspondra aux mécanismes d’émission et de cotation axés sur le marché dans le cadre du système d’introduction en bourse basé sur l’enregistrement.

Des règles de cotation plus flexibles seront imposées sur les dividendes en espèces et sur les incitations en actions, selon les auteurs du projet de création de la bourse de Beijing.

La Bourse de Beijing maintiendra généralement les règles de négociation de la couche sélectionnée du «Nouveau troisième conseil», dans le but d’incarner les caractéristiques des transactions boursières des PME et d’assurer la continuité et la cohérence des transactions sur le marché.

La bourse de Beijing n’imposera pas de limite à la variation des prix pour son premier jour, mais la négociation sera suspendue pendant dix minutes lorsque les cours des actions augmenteront de plus de 30% ou baisseront de plus de 60%. Les échanges quotidiens seront limités à 30% après la première journée.