samedi, février 3

Les terres du Tibet sont dans des zones de protection écologique

« La région autonome du Tibet a placé près de la moitié de ses terres sous la surveillance écologique la plus stricte », ont indiqué Qi Zhala, président du gouvernement régional.

Ce dernier a précisé que la zone de protection écologique couvre plus de 539 000 kilomètres carrés, et représente 45% de la superficie de la région.

Dans son rapport remis ce 27 janvier à la 4e session de la 11e Assemblée populaire régionale, Qi Zhala a souligné que le Tibet contrôle strictement l’excavation de sable dans ses 56 rivières clés, et 22 réserves écologiques ont été construites et sont opérationnelles.

Selon le rapport, le taux de jours de bonne qualité de l’air dans les villes tibétaines de niveau préfectoral et supérieur a atteint 99,4%, et toutes les sources d’eau potable de la région répondent aux normes applicables.

Le document souligne que le nombre d’antilopes du Tibet dans la région est passé à plus de 200 000, les espèces sauvages terrestres à 1 072 et les grues à cou noir à plus de 8 000. Cinq nouvelles espèces rares ont par ailleurs été découvertes ces dernières années.

En terme d’investissement, la région a dépensé ces dernières années 12,2 milliards de yuans (1,7 milliard d’euros) pour des projets de protection écologique. Cinq villes et préfectures, et trois comtés, ont été désignés comme villes et comtés modèles écologiquement civilisés au niveau national.

Mao Shiping, responsable du bureau des forêts et des prairies de Nagchu, a indiqué que le gouvernement du Tibet a modernisé les infrastructures et les installations de gestion dans la réserve naturelle nationale de Changtang.

«Des installations de surveillance plus avancées ont été installées dans la réserve, avec plus de patrouilleurs de protection écologique employés pour entreprendre des travaux de protection», a-t-il expliqué lors de cette réunion annuelle de l’Assemblée populaire régionale.

La réserve naturelle de Changtang, la plus grande de Chine, couvre plus de 298 000 km2. Cette réserve nationale est devenue un refuge pour la faune rare des hauts plateaux tels que les yaks sauvages, les mouflons Argali et les antilopes du Tibet.

Mao Shiping a précisé que la réserve compte environ 780 patrouilleurs professionnels de la protection écologique, dont 390 dans la section de la réserve à Nagchu. De plus, plus de 20 000 habitants des zones rurales de Nagchu participent à diverses activités de protection de l’environnement qui sont subventionnées par le gouvernement du Tibet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *