Le ministère de l’Électronique et des Technologies de l’information (MeiY) a interdit 43 nouvelles applications chinoises, dans le cadre de la quatrième répression des applications liées à la Chine.

L’Inde considère ces applications comme une menace pour la sécurité nationale. Ainsi, le ministère assure que les logiciels visés peuvent « voler et transmettre les données de leurs utilisateurs de façon non autorisée à des serveurs situés hors d’Inde ». Il ne cite jamais la Chine, qui est pourtant clairement visée.

Le porte-parole du ministère chinois du Commerce, Gao Feng, a dénoncé la décision de l’Inde qui « abuse du concept de sécurité nationale et adopte des mesures restrictives contre des entreprises chinoises ».

Lire aussi : La Chine dénonce les dernières décisions de l’Inde

La nouvelle liste comprend plusieurs applications du géant chinois de la technologie Alibaba, telles que AliSuppliers Mobile, Alibaba Workbench, AliExpress et Alipay Cashier.

Désormais les applications chinoises interdites ne seront plus disponibles au téléchargement via Google Play Store et l’App Store d’Apple en Inde. De plus, les applications chinoises cesseront bientôt de fonctionner pour les utilisateurs qui les utilisent déjà sur leurs smartphones.

Dans un contexte tendu à la frontière himalayenne, l’Inde a décidé en juin de bloquer un premier lot de 59 applications chinoises, telles que TikTok, Shareit, UC Browser et WeChat.

Par la suite suite, une autre interdiction de 47 applications est ordonnée en juillet comprenant CamScanner, SHAREit et UC Browser, entre autres. Mais l’interdiction la plus importante a eu lieu en septembre 2020. 118 applications chinoises ont été bannit, dont parmi elles PUBG Mobile et PUBG Mobile Lite.

wechat gma application mobileActuellement, la liste des 43 applications interdites en Inde comprend également des applications de rencontres telles que Chinese Social – Free Online Dating Video App and Chat, Date in Asia, WeDate-Dating App, Free dating app-Singol.

L’Inde a de nouveau affirmé que les applications chinoises interdites en vertu des dispositions de l’article 69A de la loi sur les technologies de l’information constituaient une menace pour la souveraineté et l’intégrité de l’Inde.

Ce « grand bannissement » découle des tensions géopolitiques. En rétorsion à la mort de 20 soldats dans une profonde vallée du Ladakh, à la frontière himalayenne entre l’Inde et la Chine, le gouvernement de New Delhi a rayé plus de 200 applications chinoises des téléphones portables indiens.

Lire aussi : L’Inde devrait exclure Huawei et ZTE de son réseau 5G

L’Inde utilise le levier économique face à la Chine. En plus, de l’interdiction des applis, elle a gelé la participation de compagnies chinoises à des contrats d’infrastructures de téléphonie 5G et bloqué des marchandises chinoises dans des postes douaniers ou des ports.