L’Institut Quincy prône une stratégie américaine alternative avec la Chine

par | Jan 12, 2021 | Amériques, Chine-Etats-Unis, OPINIONS

Une nouveau rapport présente une stratégie américaine alternative en Asie de l’Est, suite à la décision du chef de la diplomatie Mike Pompeo concernant Taïwan. Cette prise de décision a poussé le président élu, Joe Biden, a prend position, d’après l’Institut Quincy pour une gouvernance responsable.

L’annonce faite par le secrétaire Pompeo de la levée des restrictions du gouvernement américain sur l’engagement avec Taïwan est «le dernier effort de l’administration Trump pour coincer l’équipe Biden dans un ensemble dangereux de politiques de confrontation en Asie de l’Est qui sont préjudiciables aux États-Unis», selon à Michael Swaine, co-auteur d’un nouveau rapport qui présente une stratégie alternative en Asie de l’Est pour l’administration entrante.

«Éviscérer efficacement la politique« Une Chine »sur laquelle repose la normalisation des relations américano-chinoises est une provocation idéologique de l’administration Trump visant à enfermer son héritage d’une confrontation de type guerre froide avec la Chine. Mike Pompeo a pour objectif d’inculper Biden avec ces politiques imprudentes et mal conçues, ou de l’obliger à dépenser un capital politique important pour les annuler», a expliqué Michael Swaine, directeur du programme Asie de l’Est du Quincy Institute.

«Si le président élu Joe Biden veut éviter une course aux armements coûteuse et, potentiellement, une guerre chaude avec la Chine, lui et son équipe doivent saisir ce moment pour rompre avec la pensée à somme nulle que le régime Trump a alimenté à Washington et dans la région», a indiqué ce dernier.

Le rapport publié par le Quincy Institute for Responsible Statecraft propose à l’administration de Joe Biden un plan détaillé pour inverser cette voie dangereuse.

«Vers un ordre régional inclusif et équilibré: une nouvelle stratégie américaine en Asie de l’Est» propose un programme qui reflète la complexité et le dynamisme d’une région dont la stabilité nécessite des relations solides avec la Chine et les Etats-Unis, qui ne peuvent plus être dominées par l’une ou l’autre des puissances, et qui tend vers des niveaux d’intégration économique toujours plus élevés.

Le rapport appelle à un rééquilibrage américain dans la région, vers un engagement diplomatique et économique beaucoup plus profond, et beaucoup moins de domination militaire et de contrôle politique.

La politique actuelle des États-Unis est fondée sur une notion dépassée selon laquelle les États-Unis ont la capacité de contenir une Chine en plein essor et de maintenir leur propre domination militaire érodée de la région à un coût économique, écologique et politique acceptable.

En fait, la décision de l’Amérique ces dernières années de doubler sa stratégie de domination et de contrôle alimente les perceptions du déclin relatif de l’Amérique, exacerbe les tensions dans les conflits régionaux et exacerbe les menaces de sécurité transnationales.

Bien que la Chine et les Etats-Unis soient engagés dans une compétition pour une influence relative dans divers domaines, seuls deux de ces domaines – les technologies de pointe et les capacités militaires – ont des ramifications stratégiques potentiellement importantes.

Dans aucun autre domaine – qu’il s’agisse des valeurs politiques, des normes mondiales, des marchés économiques ou des institutions multilatérales – la rivalité n’est suffisamment conséquente, large ou à somme nulle pour affecter la position relative de l’un ou l’autre pays dans la répartition mondiale du pouvoir. En fait, dans bon nombre de ces domaines, il existe clairement des incitations pour les deux parties à rechercher des résultats à somme positive, ce qui pourrait atténuer l’ampleur et la profondeur de la concurrence.

Cliquez pour en savoir plus sur les relations entre la Chine et les Etats-Unis

«Bien que la Chine pose des défis importants aux intérêts américains, elle ne constitue pas une menace existentielle pour l’ordre mondial ou pour les États-Unis», a souligné la co-auteure Rachel Esplin Odell, chercheuse à l’Institut Quincy.

«La véritable menace existentielle est la perspective qu’une nouvelle guerre froide pourrait plonger le monde dans une rivalité militaire intense et empêcher une coopération critique sur le changement climatique, les pandémies, les crises financières et le contrôle des armements nucléaires», a ajouté Rachel Esplin Odell.

«Comment, par exemple, pouvons-nous prendre les mesures nécessaires pour lutter contre le chaos climatique, si les deux principaux émetteurs de carbone du monde sont enfermés dans une course aux armements ou un conflit armé?», a indiqué cette dernière.

Pour protéger les intérêts américains vitaux en Asie de l’Est, les États-Unis ont besoin d’une stratégie transformée, a écrit l’Institut Quincy. Le président américain doit rechercher un équilibre militaire plus stable avec la Chine et la paix dans la péninsule coréenne, et renforcer l’influence et l’attrait des États-Unis grâce à des réformes au pays et à l’étranger.

Et il doit redéfinir la priorité de l’approfondissement de l’engagement économique et diplomatique en tant que défense la plus efficace contre les menaces majeures à la sécurité nationale des États-Unis – à savoir le changement climatique et les pandémies. Le rapport appelle les États-Unis à:

Poursuivre un équilibre militaire plus stable avec la Chine et la paix dans la péninsule coréenne

  • Restructurer les alliances américaines et la posture de la force en Asie de l’Est autour d’une stratégie de défense de déni plutôt que de contrôle.
  • Améliorer la gestion de la crise entre les États-Unis et la Chine et atténuer les tensions dans le détroit de Taiwan.
    Réduire les tensions militaires en mer et encourager le compromis dans les différends maritimes.
  • Entreprendre de nouvelles initiatives stabilisatrices en matière de politique nucléaire et de maîtrise bilatérale des armements.
  • Poursuivre la paix et la dénucléarisation progressive dans la péninsule coréenne.

Redéfinir la priorité de l’engagement diplomatique et de l’intégration économique

  • Passer à une diplomatie régionale inclusive et à une sécurité coopérative.
  • Approfondir l’engagement économique régional et promouvoir les normes technologiques mondiales.
  • Redynamiser la coopération avec la Chine sur les pandémies, le changement climatique et le commerce.

Renforcer l’influence et l’attractivité des États-Unis grâce à des réformes au pays et à l’étranger

  • Mettre en œuvre une approche ciblée de la promotion des droits humains.
  • Renforcer l’influence et l’attrait des États-Unis en adoptant des réformes nationales.

«Les États-Unis sont aujourd’hui sur une trajectoire accélérée avec la Chine en Asie de l’Est qui menace la paix et la prospérité d’une région vitale pour un large éventail d’intérêts américains. L’administration Trump a doublé sa domination et ses efforts pour décrire la relation comme à somme nulle», a assuré Michael Swaine.

«L’équipe de Biden doit adopter une stratégie plus réaliste et stabilisatrice en Asie de l’Est, fondée sur la retenue militaire, le réengagement économique, la créativité diplomatique et le renouveau national», a conclut ce dernier.

Vous souhaitez en savoir plus, recherchez votre article

%d blogueurs aiment cette page :