Le président du Conseil européen Charles Michel a appelé la Chine à « utiliser tous les moyens » pour convaincre la Russie de respecter le droit international, quelques jours avant le sommet du G20 dominé par les conséquences de la guerre en Ukraine.

« Nous encourageons les autorités chinoises à utiliser tous les moyens en leur possession pour convaincre la Russie de respecter les frontières internationalement reconnues, à respecter la souveraineté de l’Ukraine« , a déclaré ce dernier à l’Agence France Presse.

Charles Michel s’est exprimé depuis Phnom Penh, où il rencontre les 12 et 13 novembre des dirigeants de l’Association des Nations d’Asie du Sud-Est (ASEAN), réunis en sommet. Ce dernier s’est ensuite rendu dans l’île indonésienne de Bali pour assister au G20, aux côtés notamment du président chinois Xi Jinping.

« Il est important dans ce moment brutal de l’histoire humaine qu’il y ait de la coopération internationale et le G20 sera une autre occasion de se regarder les yeux dans les yeux« , a-t-il assuré.

« Nous nous tenons y compris avec des pays qui n’ont pas exactement les mêmes régimes politiques, mais qui au minimum croient que le droit international doit être protégé« , a déclaré Charles Michel.

Les relations entre la Chine et l’Union européenne se sont détériorées depuis l’imposition de sanctions, des deux côtés, concernant les accusations de violations des droits humains dans la région chinoise du Xinjiang.

Lire aussi : L’accord sino-européen sur les indications géographiques protégées ouvre de nouvelles perspectives pour la coopération économique et commerciale entre la Chine et l’UE.

Depuis le début de la guerre en Ukraine en février, les dirigeants de l’UE ont appelé la Chine à condamner publiquement les actions de la Russie, sans succès jusqu’à présent.

De son côté, le président français Emmanuel Macron a indiqué qu’il allait demander le 15 novembre à son homologue chinois Xi Jinping de « faire pression » sur la Russie pour qu’elle revienne à la table des négociations dans le conflit en Ukraine, a indiqué ce 14 novembre, la présidence française.

Emmanuel Macron devrait dire au président Xi Jinping que leur intérêt mutuel « est de faire pression sur la Russie pour qu’elle retourne à la table des négociations et respecte le droit international« , a relevé la présidence française.

Emmanuel Macron va essayer de le « convaincre« , tout comme le Premier ministre indien Narendra Modi qu’il verra le 16 novembre, que « la poursuite de la guerre n’est pas une bonne chose même de leur point de vue« , a-t-elle ajouté.

La Chine et l’Inde n’ont pas condamné l’offensive russe en Ukraine lancée le 24 février et restent réticents, tout comme nombre de pays du Sud, dont l’Indonésie, à critiquer Moscou.

« L’objectif est d’avoir une pression continue et par cercles concentriques sur la Russie et donc de ne jamais laisser de gens pouvoir dire que ce n’était pas leur problème, et qu’ils pouvaient ou aider un effort de guerre ou rester indifférents », a souligné un haut responsable de l’Elysée à l’Agence France Presse.