La République togolaise a publié un communiqué le 13 avril sur la situation des africains en Chine, subissant des discriminations dans le cadre de la lutte contre le Covid-19:

Une réunion s’est déroulée le 13 avril entre les missions diplomatiques africaines et le ministère chinois des Affaires étrangères pour évoquer la situation inquiétante dans la province de Guangdong.

Les représentants africains ont exprimé leur indignation face aux traitements stigmatisants dont sont victimes les ressortissants africains dans la ville de Guangzhou.

A lire aussi : Le 12 avril, des ambassadeurs africains ont fait part de leur mécontentement

A l’issue de la rencontre, les autorités chinoises se sont engagées à prendre un certain nombre de mesures urgentes pour apaiser la situation.

Parmi celles-ci, l’amélioration de la prise en charge des Africains vivant dans cette ville, l’assouplissement progressif des mesures de quarantaine, la cessation des expulsions (hôtels et appartements) et la fin de l’interdiction d’accès des Africains aux centres commerciaux, boutiques, restaurants …

L’ambassade du Togo à Pékin suit avec attention l’évolution des conditions de vie des citoyens togolais vivant ou séjournant à Guangzhou.

Plusieurs Africains, particulièrement nombreux dans cette métropole de 15 millions d’habitants, ont été expulsés de leur logement, puis refusés dans des hôtels, certains disent ainsi avoir été contraints de dormir dans les rues.

Ces incidents sont survenus après que cinq Nigérians de Canton, testés positifs au Covid-19, se sont échappés de leur quarantaine pour se rendre dans plusieurs restaurants et lieux publics, d’après un communiqué de la municipalité.

Conséquence : les autorités ont dû tester ou placer en quarantaine quelque 2 000 personnes avec lesquelles ils avaient été en contact, a rapporté un média d’État chinois.