Le fabricant américain de puces Nvidia Corp a déclaré le 7 novembre qu’il proposait en Chine une nouvelle puce avancée répondant aux récentes règles de contrôle des exportations, qui empêcher les technologies de pointe d’être vendues aux chinois.

La nouvelle puce, appelée A800, est le premier effort signalé par une société américaine de semi-conducteurs pour créer des processeurs avancés pour la Chine, respectant les nouvelles règles commerciales américaines.

La société Nvidia a déclaré que les limitations d’exportation pourraient lui faire perdre des centaines de millions de dollars de revenus. Interrogés par Reuters, Nvidia, a confirmé les rapports de l’agence de presse britannique selon lesquels les vendeurs d’ordinateurs chinois font de la publicité pour des produits équipés de la nouvelle puce.

Les réglementations américaines fixées début octobre ont interdit l’exportation de micropuces avancées et d’équipements destiné à produire des puces avancées par les fabricants de puces chinois.

Lire aussi : Washington limite les exportations de semi-conducteurs

Cette nouvelle réglementation vise à freiner l’industrie chinoise des semi-conducteurs et, de fait pour Washington, l’armée américaine. Toutefois, la Chine est devenue le principal concurrent en matière de technologie et haute technologique ces dernières années, poussant les trois derniers présidents américains à entraver le développement de l’industrie chinoise.

Ces puces avancées peuvent coûter des milliers de dollars chacune. Une aubaine pour la société américaine, qui a indiqué dans une déclaration à Reuters : « le GPU Nvidia A800, qui est entré en production au troisième trimestre, est un autre produit alternatif au GPU Nvidia A100 pour les clients en Chine. Le A800 répond au test clair du gouvernement américain pour un contrôle réduit des exportations et ne peut être programmé pour le dépasser ».

Selon les sites chinois de grands fabricants de serveurs consultés par l’agence de presse, deux d’entre eux proposent la puce A800 dans leurs produits. L’un de ces produits utilisait précédemment la puce A100 dans son matériel promotionnel.

La puce pour centre de données A100 de Nvidia a été ajoutée à la liste de contrôle des exportations par le département du commerce. Or la nouvelle A800 peut être utilisée à la place de la A100, et est un GPU, ou unités de traitement graphique.

Le site Web d’un distributeur en Chine a aussi détaillé les spécifications de la puce A800, qui a un taux de transfert de données de puce à puce de 400 gigaoctets, contre 600 gigaoctets par seconde sur l’A100. Les nouvelles règles limitent les taux de 600 gigaoctets par seconde et plus.

« L’A800 semble être un GPU A100 reconditionné, conçu pour éviter les récentes restrictions commerciales du Département du commerce », a déclaré à Reuters, Wayne Lam, analyste chez CCS Insight, en se basant sur les spécifications partagées par Reuters, et en notant que huit est un chiffre porte-bonheur en Chine.

« La Chine est un marché important pour Nvidia et il est tout à fait logique sur le plan commercial de reconfigurer son produit pour éviter les restrictions commerciales », a assuré ce dernier. Selon lui, les capacités de communication de puce à puce de l’A800 représentent une nette baisse de performance pour un centre de données.