samedi, février 3

La Chine dit « ne pas avoir de calendrier » pour lancer sa monnaie virtuelle

Le yuan numérique est un futur moyen de paiement électronique sur smart-phone amené à potentiellement remplacer les pièces et les billets à l’incontournable effigie de Mao Zedong. La Banque Populaire de Chine a toutefois indiqué « ne pas avoir de calendrier » pour lancer officiellement sa monnaie virtuelle, le yuan numérique.

La Chine étudie activement le lancement d’une monnaie numérique. Récemment, les autorités en charge ont « pratiquement terminé » ses essais et le cap des 5 milliards de dollars de transactions a déjà été franchi, selon la Banque centrale du pays.

La Chine réfléchit au projet de monnaie numérique depuis 2014, et a accéléré les expérimentations ces derniers mois. Depuis la Chine est l’un des pays les plus avancés sur cette question.

Lire aussi : L’e-yuan, la monnaie numérique, s’implante progressivement en Chine

La Banque centrale a toutefois indiqué « ne pas avoir de calendrier » pour lancer officiellement sa monnaie virtuelle. Mais le yuan numérique fera ses grands débuts en 2022 lors des Jeux olympiques d’hiver de Pékin.

« Les étrangers en visite en Chine pourront (y avoir accès) sans avoir à ouvrir un compte bancaire dans le pays », a assuré la Banque centrale, qui va émettre cette monnaie dont la valeur sera identique au yuan papier.

Depuis plusieurs mois, des expérimentations sont menées au niveau local, notamment à Shanghai, où des habitants ont reçu de l’argent virtuel sur leur téléphone qu’ils peuvent utiliser dans certains commerces.

Lire aussi : Entreprises de paiement et banques accentue l’utilisation de l’e-yuan

Quelque 35,4 milliards de yuans (4,86 milliards d’euros) de transactions ont été réalisées, a indiqué dans un rapport la Banque populaire de Chine, précisant que plus de 20,8 millions de personnes pouvaient payer en yuan numérique. « Les tests du système sont pratiquement terminés », a-t-elle précisé.

Le yuan numérique est conçu en priorité pour des règlements en Chine mais la Banque centrale a également indiqué réfléchir à une utilisation transfrontalière.

Selon la Banque des règlements internationaux, une soixantaine de « juridictions » planchent sur une monnaie virtuelle ou sont déjà en phase d’expérimentation.

Our actuellement, seules les Bahamas disposent à ce jour officiellement d’une monnaie numérique nationale. La Banque centrale européenne (BCE) a annoncéle lancement d’un projet pilote de deux ans en vue d’introduire à plus longue échéance l’euro numérique. La Chine a interdit l’utilisation des crypto-monnaies car elles ne sont pas régulées par des institutions financières et sont sujettes à spéculation.

Quelques semaines plutôt, la banque centrale de Chine s’est dite «très inquiète» des risques pour le système financier mondial liés aux monnaies numériques développées par le secteur privé, en particulier les «pièces stables» mondiales.

«Les pièces dites stables de certaines organisations commerciales, en particulier pièces stables mondiales, peut entraîner des risques et des défis pour le système monétaire international, et le système de paiement et de règlement» entre autres, a déclaré Fan Yifei, vice-gouverneur de la Banque populaire de Chine, cité par la chaîne américaine CNBC.

«Nous sommes toujours assez inquiets à propos de ce problème, nous avons donc pris des mesures», a déclaré Fan Yifei. Raison pour laquelle, la Banque populaire de Chine reste prudente et ne donne pas de calendrier de mise en service de sa monnaie numérique.

La Banque centrale de Chine développe une version numérique du yuan chinois, qui a été testée dans plusieurs régions du pays l’année dernière. Jusqu’à présent, le système de yuan numérique sur invitation seulement compte plus de 10 millions d’utilisateurs, a déclaré Fan Yifei.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *