Michael Ryan, directeur exécutif du programme d’urgence sanitaire de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a estimé qu’il n’était pas utile de déclarer une pandémie à l’heure où l’on essaie toujours de contenir le COVID-19.

Cependant, l’OMS a relevé l’alerte au risque d’épidémie à son plus haut niveau. En effet, l’agence onusienne a fait passer son évaluation du risque du nouveau coronavirus d' »élevé » à « très élevé » au niveau mondial, car un nombre croissant de cas dans un plus grand nombre de pays ayant été signalé ces derniers jours.

« Une pandémie est une situation unique, dans laquelle tous les citoyens de la planète seront probablement exposés à un virus dans un laps de temps défini », a déclaré Michael Ryan, lors d’un point presse quotidien.

Toutefois, dans le cas du COVID-19, il a été prouvé que le cours de l’épidémie peut être sensiblement modifié par des mesures d’endiguement et une réponse de santé publique vigoureuse, a souligné l’expert.

Le mot « pandémie est un terme courant », a estimé Michael Ryan, appelant à des actions allant au-delà des termes courants. Il faut savoir qu’une pandémie est une épidémie présente sur une large zone géographique internationale, elle touche une part particulièrement importante de la population mondiale.

« L’augmentation continue du nombre de cas, et le nombre de pays touchés ces derniers jours sont clairement préoccupants », a déclaré le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, lors d’une conférence de conférence de presse.

« Nos épidémiologistes ont suivi ces développements en permanence et nous avons maintenant augmenté notre évaluation du risque de propagation et du risque d’impact du Covid-19 à un niveau très élevé au niveau mondial », son niveau le plus haut, a-t-il ajouté.

D’ailleurs, « les données existantes ne soutiennent pas le concept de pandémie jusqu’à présent », a ajouté le directeur exécutif du programme d’urgence sanitaire de l’OMS.

« S’il s’agissait d’une épidémie de grippe, nous aurions parlé de pandémie », mais dans le cas du nouveau coronavirus, « nous avons constaté qu’avec des mesures d’endiguement, le cours de l’épidémie peut être arrêté de manière significative », a conclut ce dernier.

« Ce que nous voyons actuellement, ce sont des épidémies liées au Covid-19 dans plusieurs pays, mais la plupart des cas peuvent encore être attribués à des contacts connus ou à des groupes de cas », a relevé le patron de l’OMS. « La clé pour contenir ce coronavirus est de briser les chaînes de transmission », a-t-il assuré.