Le gouvernement chinois a salué ce 21 novembre l’accord trouvé lors de la COP27 en Égypte, mais il a prévenu qu’il reste «encore un long chemin» à parcourir en matière de coopération à l’échelle mondiale pour lutter contre le réchauffement climatique.

«La gouvernance mondiale sur le climat a encore un long chemin à parcourir», a déclaré Mao Ning, porte-parole du ministère des Affaires étrangères, lors d’un briefing de presse. En particulier, «l’absence de feuille de route claire» pour le financement de l’aide à la lutte climatique aux pays en développement par les pays développés «n’est pas propice à l’instauration d’une confiance mutuelle entre le Nord et le Sud», a-t-elle ajouté.

«Les pays développés ne parviennent toujours pas à respecter leur engagement de fournir chaque année 100 milliards de dollars de financement climatique aux pays en développement», a souligné la porte-parole.

Lire aussi : La Chine appelle les pays développés à « agrandir le gâteau » du financement climatique

La Chine attache toutefois «une grande importance à ce sommet et soutient pleinement l’Égypte, qui a rempli avec succès son rôle de pays hôte».

Lire aussi : Climat: l’émissaire chinois salue des discussions sino-américaines «constructives»

Premier pollueur de la planète, la Chine a rejeté, lors de ce sommet, l’idée qu’elle ne devrait plus être considérée comme un pays en développement. Après des négociations difficiles ayant débordé du calendrier prévu, la COP27 s’est terminée le 20 novembre avec un texte mitigé, voir décevant pour certaines, notamment sur l’aide aux pays pauvres affectés par le changement climatique, mais aussi sur un échec à fixer de nouvelles ambitions pour la baisse des gaz à effet de serre.