La Chine et la Corée du Sud sont convenues de s’informer mutuellement à l’avance en cas d’interdiction d’exportation de ressources énergétiques et minérales, a indiqué le ministère sud-coréen du Commerce, de l’Industrie et de l’Energie.

Cet accord a été trouvé lors de la quatrième réunion du Comité conjoint de l’accord de libre-échange (ALE) Corée du Sud-Chine. Au cours de cette réunion, Pékin et Séoul se sont engagées à travailler ensemble pour réduire les perturbations dans leurs chaînes d’approvisionnement. Il est prévu pour cela d’envoyer des notifications préalables à l’autre si elle impose une interdiction d’exportation de ressources énergétiques et minérales.

La Corée du Sud a connu une pénurie d’approvisionnement en solution d’urée, un fluide clé nécessaire aux voitures diesel pour réduire les émissions. Cette pénurie est due aux restrictions imposées par la Chine sur les exportations d’urée en octobre afin d’apaiser les difficultés d’approvisionnement locales.

La Corée du Sud est fortement dépendante de la Chine pour l’approvisionnement en urée et d’autres matières premières.

Raison pour laquelle, la Chine et la Corée du Sud ont promis de renforcer la coopération afin de faciliter l’entrée d’hommes d’affaires, sécuriser les chaînes logistiques du transport maritime et simplifier les procédures de dédouanement, a détaillé le ministère.

Au cours de la réunion, Séoul a soulevé la question de la violation des droits d’auteurs en Chine et appelé à la coopération de Pékin pour mieux protéger ses contenus culturels.

Les autorités sur-coréennes ont évoqué auprès des représentants chinois l’interdiction d’entrée de contenus culturels coréens en Chine, comme les films et les jeux sur le marché chinois.

En outre, Pékin et Séoul ont évalué les accomplissements de l’ALE bilatéral qui est entré en vigueur en décembre 2015.

Cet accord a permit les échanges commerciaux entre les deux pays ont bondi de 32,6%. L’année dernière, leur volume commercial a augmenté de 24,8% par rapport à l’année précédente au record historique de 301,5 milliards de dollars, selon les données du gouvernement.

«Les deux parties se sont accordées à dire que l’ALE a aidé à accroître leur commerce malgré les difficultés économiques mondiales sur fond de pandémie de nouveau coronavirus (Covid-19)», a déclaré le ministère sud-coréen dans un communiqué.