De notre stagiaire Marie-Lou Cazillac – En Chine, l’offre de vaccins chinois contre le coronavirus semble restreinte, et les habitants de certaines régions n’ont pas pu recevoir leur deuxième dose à temps.

Selon les estimations de l’agence de presse Reuters, sur 7 jours jusqu’au 19 avril, la Chine a injecté en moyenne 3,3 millions de doses par jours. C’est clairement inférieur au nombre de la semaine d’avant, jusqu’au 12 avril, où 4,2 millions de doses étaient injectées quotidiennement. Le rythme de la campagne de vaccination de masse de la Chine semble donc ralentir.

Lire aussi : Polémique sur l’efficacité des vaccins chinois : Gao Fu répond à la presse

Le 20 avril, lors de la réunion annuelle du Forum de Bo’ao, Zheng Zhongwei, responsable de l’équipe de recherche et développement chargée de l’exploitation des vaccins au sein du mécanisme conjoint de prévention et de contrôle du Conseil des affaires d’État, a accordé une interview au Global Times. Il y a évoqué les problèmes rencontrés par la Chine concernant l’approvisionnement des vaccins. « À l’heure actuelle, notre offre de vaccin est relativement restreinte. Mais à partir de mai, et surtout après le mois de juin, cette situation devrait s’alléger ».

Dans cette interview, Zheng Zhongwei n’a cependant pas précisé la gravité de la pénurie, ni  même quelles régions étaient concernées, ou encore combien de temps les habitants devront attendre avant de recevoir leur deuxième dose.

Selon l’agence de presse Xinhua, Mi Feng, porte-parole de la Commission nationale de la santé, a révélé lors d’une conférence de presse le 21 avril, que la Chine avait déjà injecté plus de 200 millions de doses du vaccin contre le Covid-19. La Commission nationale de la santé chinoise recommande également d’espacer les doses de 3 à 8 semaines. Les vaccins promus par la Chine sont principalement des vaccins inactivés, et son objectif est de vacciner 40% de la population d’ici l’été.

Mi Feng a également ajouté que l’État avait pleinement pris en compte la demande pour la deuxième dose lors du déploiement et l’approvisionnement du vaccin dans chaque province. Selon lui, toutes les localités doivent les distribuer avec précision, pour s’assurer que la deuxième dose soit bien administrée après 8 semaines, afin d’éviter des situations où seulement la première a été injectée.

Cui Gang, inspecteur du Centre de lutte contre les maladies de la Commission nationale de la santé, a déclaré lors de la même conférence de presse que la campagne de vaccination de la Chine contre le coronavirus était principalement axée autour de deux points clés : tout d’abord, les villes portuaires à fort risque épidémiques ; puis, le personnel médical, les employés du marché des produits congelés, des entreprises et des institutions. « Aujourd’hui, la campagne de vaccination dans les zones clés et auprès des populations à risque progresse généralement sans heurts », a-t-il indiqué.

Selon les rapports, en raison du manque d’efficacité sur les vaccins produits par la Chine et du manque d’informations les concernant, de nombreux chinois sont inquiets ou ne ressentent pas la motivation de se faire vacciner. Certaines régions organisent même des « loteries » pour encourager les gens à le faire.

Alors que la Chine donne la priorité à l’approvisionnement de certaines provinces, de grandes villes comme Pékin et Shanghai ont ouvert la vaccination aux étrangers. Pour certaines, le taux de vaccination a même déjà dépassé la moyenne nationale. Selon l’agence de presse Reuters, Pékin aurait déjà vacciné la moitié de ses 21,5 millions d’habitants.