mercredi, mai 22

Plusieurs pays souhaitent intégrer le groupe des BRICS

L’ambassadeur de l’Afrique du Sud au sein du groupe BRICS, Anil Sooklal, a annoncé que plus d’une douzaine de pays, dont l’Arabie Saoudite et l’Iran, ont exprimé leur intérêt pour une adhésion au groupe BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud).

Actuellement, le groupe des BRICS représente près de 42% de la population de la planète et environ 25% du PIB mondial, mais ses membres ne disposent que de 15% des droits de vote à la Banque mondiale et au FMI.

«Il y a plus d’une douzaine de pays qui ont frappé à la porte du groupe des BRICS. Nous avons atteint une étape assez avancée dans l’examen de l’adhésion de nouveaux membres», a déclaré Anil Sooklal dans un entretien publié par Bloomberg, le 14 février.

Lire aussi : L’Argentine et l’Iran déposent une demande d’adhésion au groupe BRICS

«L’Iran et l’Arabie saoudite figurent parmi les pays qui ont officiellement déposé des demandes d’adhésion», a ajouté l’ambassadeur de l’Afrique du Sud au sein du groupe BRICS. Ce dernier a indiqué que d’autres pays souhaitent adhérer au groupe des BRICS, dont l’Argentine, les Émirats arabes unis, l’Algérie, l’Egypte, le Bahreïn et l’Indonésie, ainsi que deux pays d’Afrique de l’Est et un pays d’Afrique de l’Ouest, sans plus de précision.

De son côté, le ministère chinois des Affaires étrangères avait annoncé, début mai 2022, le début d’un processus d’élargissement du groupe des BRICS. Dans ce cadre, des dirigeants de plusieurs pays en développement, dont l’Arabie Saoudite, l’Egypte, l’Indonésie, l’Argentine, le Nigeria, l’Algérie et la Thaïlande, avaient participé, le 23 mai, à une conférence virtuelle baptisée «BRICS Plus», et présentée par Pékin comme «une nouvelle phase du processus de l’élargissement des BRICS».

Lire aussi : La Chine appelle à l’unité entre les pays BRICS

« L’une des questions qui seront discutées au sein du groupe BRICS est la manière de restructurer l’architecture politique, économique et financière mondiale de manière à ce qu’elle devienne plus équilibrée, plus représentative, inclusive et équitable », a déclaré le ministre adjoint des relations internationales et de la coopération, Alvin Botes, ajoutant que de nouveaux critères d’adhésion seront définis dans les prochains mois.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *