mardi, mai 28

Plusieurs titres ont été suspendus à la Bourse de Hong Kong

32 sociétés suspendues, parmi lesquelles figurent d’importants promoteurs immobiliers, n’avaient pas publié leurs résultats financiers avant audit à la date limite du 31 mars. Leurs actions ont donc été interrompue à Hong Kong le 1er avril après avoir omis de communiquer leurs résultats annuels.

Plus de 30 entreprises, dont au moins deux grands promoteurs immobiliers chinois, Shimao Group et Sunac China, n’avaient pas publié leurs résultats financiers avant audit à la date limite du 31 mars.

La Bourse « s’engagera avec les émetteurs concernés pour les aider à se conformer pleinement aux règles de cotation » et essaiera de maintenir les suspensions aussi courtes que possible, a déclaré un porte parole de HKEX à l’Agence France Presse. Une autre société a également été suspendue vendredi, mais HKEX n’a pas précisé pourquoi.

Dans un avis adressé à la bourse de Hong Kong, la société Shimao a déclaré qu’elle n’avait pas pu publier ses résultats annuels à temps en raison du confinement de Shanghai, qui a entrainé « la fermeture de l’immeuble du siège de la société ».

L’économie chinoise dans son ensemble est confrontée à des confinements locaux dans plusieurs villes clés, dont Shanghai, après des vagues de coronavirus. Certains employés ont été chargés de préparer les résultats financiers, mais ils ont également été mis en quarantaine, sans que l’on sache exactement quand les mesures sanitaires seront allégées, a ajouté Shimao.

En raison des retards liés à la pandémie de Covid-19, la Bourse de Hong Kong a autorisé les entreprises à soumettre des chiffres non audités avant le 31 mars et la version après audit avant le 30 avril pour éviter la suspension.

D’ailleurs, les 2.570 sociétés cotées à Hong Kong fin mars, au moins 138 d’entre elles ont déclaré retarder la publication de leurs résultats audités après la date limite de mars, selon Bloomberg.

Lire aussi :

Ces suspensions inquiètent les acteurs du secteur immobilier chinois, qui fait face à des difficultés depuis que Pékin a soudainement fermé le robinet des liquidités pour tenter de réduire l’endettement du secteur et la spéculation effrénée des consommateurs.

L’absence des résultats audités risque d’entraîner de nouveaux abaissements de la note de crédit, car il manque de transparence des entreprises chinoises en difficulté.

Dans sa déclaration, la société Sunac a indiqué que son retard était dû à des problèmes liés à des prêts offshore « découlant de la récente dégradation des notes de crédit de la société par les agences de notation internationales ».

Le 24 mars, Fitch Ratings a abaissé la note de Sunac à « CC », ce qui, selon l’agence, reflète « la diminution de la marge de sécurité pour le refinancement des échéances sur le marché des capitaux ».

De son côté, le promoteur immobilier China Aoyuan Group, dont les actions ont également été suspendues le 31 mars, a déclaré retarder la publication de ses résultats annuels car ils ne reflétaient pas exactement les performances et la situation financières du groupe.

« La publication des comptes de gestion non audités de 2021 à ce stade pourrait potentiellement induire en erreur les actionnaires et les investisseurs potentiels de la société », a déclaré la société dans une note aux actionnaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *