Le Sino-African Entrepreneurs Summit (SAES) est le premier rassemblement d’entrepreneurs africains et chinois organisé les 26 et 27 novembre, à Marakech, au Maroc. L’événement a lieu une semaine avant l’ouverture du Forum de coopération sino-africain (FOCAC) prévu les 4 et 5 décembre, à Johannesburg, en Afrique du Sud.

SAES-LOGO-FINAL-VERSPrès de 400 dirigeants, investisseurs et décideurs financiers vont échanger au moment où la Chine connaît un net ralentissement et les dirigeants s’inquiètent de la baisse des importations chinoises. Cependant, pour les entrepreneurs africains, l’opportunité se situe principalement sur la politique chinoise visant à mettre en place une « Nouvelle Ceinture et Route de la Soie ».

Cette rencontre est la première entre ces deux grands partenaires, qui vont échanger sur « le renouveau des relations économiques sino-africaines« . Le SAES a trois objectifs :

  • Rencontrer les principaux investisseurs et décideurs, qui souhaitent développer les contenus technologiques de l’Afrique ;
  • Établir des partenariats industriels et commerciaux entre entreprises chinoises et africaines ;
  • Renforcer la coopération dans tous les secteurs clés, tels que l’agriculture, l’exploitation minière, le développement industriel, l’énergie, les énergies renouvelables et les services.

Selon les organisateurs (Ministère marocain de l’Industrie et du Commerce, Groupe Jeune Afrique, Shanghai BOAO business consulting et GL events), « ce forum intervient à un moment clé ». Car le prochain FOCAC célèbre son 15ème anniversaire, et marque un tournant dans les relations afro-chinoises, qu’il soit économique et commercial que diplomatique et culturel.

Conscient d’une conjoncture morose, l’ambassadeur de Chine au Gabon, Sun Jiwen, a tenté de rassurer les dirigeants et entrepreneurs africains en annonçant, lors d’une rencontre le 28 octobre avec les diplomates africains en poste au Gabon, l’augmentation du volume des échanges commerciaux avec l’Afrique. Ainsi, la Chine s’engage à passer de 210 à 400 milliards de dollars (352 milliards d’euros) d’ici 2020.

Entre 2004 et 2014, le commerce bilatéral a été multiplié par 3,5, passant de 60 milliards de dollars (52,8 milliards d’euros) à 210 milliards (184,8 milliards d’euros), et plus de 2 500 entreprises chinoises installées sur le continent africain, faisant de la Chine le principal partenaire du continent africain.

Pour les initiateurs de ce sommet, l’initiative de la « Nouvelle Ceinture et Route de la Soie » vise à répondre aux préoccupations d’un nouveau modèle de coopération bilatérale et de la redéfinition de la politique chinoise envers l’Afrique. Ces réflexions ont pour but d’ouvrir « une nouvelle ère dans l’ensemble des relations d’affaires. Cette stratégie permettra de renforcer les partenariats entre les entreprises africaines et chinoises, en encourageant le transfert des connaissances et la création de valeur ajoutée pour le continent ».

Pour les organisateurs, SAES est « l’expression économique de cette initiative, aider exclusivement à réunir les chefs des plus grandes entreprises africaines et chinoises ». Selon le site Jeune Afrique, le Kényan Chris Kirubi, président de la société d’investissement Centrum Investment, l’Ivoirien Jean Kacou Diagou, PDG du groupe de bancassurance NSIA, Liu Yonghao, président du groupe agro-industriel chinois New Hope Group, Meng Fengchao, président du groupe de construction China Railway Construction Corporation, et entre autre Ni Jie, président du fournisseur de solutions de transport électrique Luyuan Group seront présent lors de cet évènement.