Dans un pays, où plus de 180 millions de personnes sont célibataires, certains et certaines n’hésitent plus à faire appel à la location de petit(e) ami(e), pour ne pas perdre la face en famille ou juste pour se sentir moins seul.

A la veille du Single day ou guanggun jie,  (Fête des célibataires), les locations explosent sur les sites de ventes en ligne, comme Taobao (eBay chinois) ou encore les sites spécialisés.

Répondre à des besoins

Il existe différentes raisons de louer un conjoint, mais pour la majeur partie des personnes qui font appel à ce type de service, il s’agit de ne pas perdre la face dans la famille lors des grandes fêtes annuelles. Ainsi, il y a deux types de « consommateurs ».

Festival du qipaoD’un côté, ceux prit par la pression sociale, qui doivent retourner dans leur province natale avec quelqu’un. Tandis que de l’autre, ce sont des personnes célibataires, surtout les femmes, voulant un faux petit ami pour la journée, afin de vivre une journée de couple typique.

Wu Di, sociologue et animatrice d’ateliers aidant les « sheng nu »* à trouver un partenaire à Shanghai, a expliqué au magazine Le Point, qu’« il y a un énorme décalage entre les jeunes Chinois nés dans les années 1980 et leurs parents, nés dans les années 1950 ».

« Les parents pensent que, passé 30 ans, il faut impérativement se marier. Mais c’est de plus en plus difficile pour (les femmes, ndlr) de trouver un mari. Elles ont des standards très élevés, mais zéro expérience en amour« , a indiqué cette dernière.

D’ailleurs, les parents ne facilitent pas la vie amoureuse de leurs filles. Ils leurs interdissent toute relation pendant qu’elles sont à l’université, « mais dès qu’elles commencent leur vie active, ils se demandent pourquoi elles ne sont toujours pas mariées. C’est un vrai paradoxe ».

Des prix variables en fonction du physique

Les profils de personnes qui louent leurs services sont divers et variés. Il y a de nombreuses annonces destinées aux femmes célibataires devant gérer la pression familiale :

  • « Vous n’êtes plus toute jeune et vous en avez marre que vos parents vous demandent pourquoi vous n’êtes toujours pas mariée? Louez-moi pour la journée ! ».
  • « Vous vous sentez vieille et redouter de vous faire enquiquiner par vos parents? Vous avez besoin d’un petit ami pour affronter votre famille ? »
  • « Vos parents ont travaillé si dur pour vous élever, ramener un petit ami à la maison sera le meilleur moyen de les payer de retour ».

D’autres annonces proposent des rendez-vous d’une heure pour passer un moment agréable au bras d’un jeune homme, ou encore pour une semaine (tous frais payés) pour des vacances romantiques.

Les tarifs sont variables en fonction de l’apparence physique et de l’âge des loueurs. Les prix peuvent aller d’une dizaine à une centaine de yuans par heure. Le montant le plus élevé est de 1.000 yuan (140 euros) par heure et le plus bas est d’environ 20 yuan/h (2,40 euros), mais en moyenne, les prix se situent autour de 200 yuans/h (24 euros).

La location de conjoint est devenu un réel business, à tel point que les plateformes font absolument tout pour faciliter les services : créneaux horaires disponibles, localisation, professions et photos des personnes à louer sont clairement affichées.

fond-rouge - CopieD’ailleurs, le 11 novembre est une date cruciale pour les sites, c’est l’occasion pour eux de faire grimper le chiffre d’affaire. Et pour cela, les sites font des campagne publicitaire et des tarifs réduits pour tous ceux qui ne souhaitent pas rester seul ce jour de la fête des célibataire. Il en va de même pour la Saint Valentin, le 14 février.

Une facilité avec beaucoup d’inconvénients

De nombreux profils mettent en avant une tarification différente pour les fêtes. Par exemple, un jeune homme de 32 ans propose une formule de 2.000 yuans par jour, soit 240 euros. Il fait la conversation aux beaux-parents, les accompagne faire les courses et trinque avec enthousiasme au « baijiu ».

Il fera croire à sa fausse belle-famille, qu’il est amoureux de leur fille. Certains profils mettent une tarification pour les gestes d’affection (se tenir la main, s’embrasser, …), tandis que d’autre, selon la formule refuse ce genre de geste.

Pour la sociologue Wu Di, « passer par de faux petits copains ne sert à rien. Cela ne fait qu’aggraver la situation », d’autant plus « si le garçon plaît, les parents ne vont pas attendre le prochain nouvel an pour demander : Alors, à quand le mariage ? À quand le bébé ? »

De plus, malgré les avantages de ces services, le manque de sécurité reste un problème majeur. En effet, les utilisateurs ne sont pas obligés de s’inscrire avec leur vrai nom et n’ont pas besoin de carte d’identité. Des dérives peuvent arriver : arnaques, vol, …

* « sheng nu » : femmes de plus de 26 ans, considérées comme des villes filles.