Pyongyang critique HRW pour avoir parlé de rapatriement forcé de réfugiés en Chine

par | Août 2, 2021 | Asie/Pacifique, MONDE

La Corée du Nord a critiqué l’ONG de défense des droits de l’Homme, Human Right Watch, pour avoir dénoncé le rapatriement de transfuges nord-coréens qui se trouvaient en Chine, en le caractérisant comme une «organisation ignoble de complot des droits de l’Homme».

HUMAN RIGHT WATCH DÉNONCE LES RAPATRIEMENTS

Le 22 juillet, Human Rights Watch a fait part de préoccupations après que la Chine a renvoyé près de 50 réfugiés nord-coréens dans leur pays natal, où ils peuvent faire face à des tortures et à l’emprisonnement, en disant que d’autres transfuges sont en danger alors que Pyongyang a récemment rouvert ses frontières.

PyongYang

Pendant des mois, les nord-coréens vivant en Corée du Sud qui ont des parents détenus en Chine ont imploré les représentants du gouvernement, les diplomates étrangers, les agences des Nations Unies et d’autres de les aider à dissuader les autorités chinoises de renvoyer de force leurs proches et d’autres réfugiés en Corée du Nord.

Lina Yoon, chercheur senior dans la division Asie d’HRW, a expliqué que «les inquiétudes parmi les proches ont augmenté lorsque les autorités chinoises ont renvoyé de force près de 50 réfugiés nord-coréens qui sont désormais confrontés à la torture, à l’emprisonnement, à la violence sexuelle et au travail forcé».

Cette dernière a expliqué que Pyongyang «a rouvert ses frontières le 14 juillet après les avoir fermées début 2020 en raison de la pandémie de Covid-19, augmentant le risque de rapatriement forcé. Les craintes des familles se sont accrues alors que les autorités nord-coréennes infligeraient des peines plus sévères à quiconque tentant de s’échapper du pays».

Selon HRW, les 50 réfugiés rapatriés sont les dernières victimes des efforts de la Chine pour dissuader les Nord-Coréens de fuir vers la Chine pour échapper aux horribles conditions des droits humains dans leur pays.

LA CHINE POINTÉE DU DOIGT

Sur la base d’informations provenant de sources ayant des contacts locaux, Human Rights Watch estime que la Chine détient actuellement au moins 1 170 Nord-Coréens en détention.

Il s’agit notamment de 450 hommes nord-coréens incarcérés dans une prison de Changchun, dans la province du Jilin, purgeant des peines pour activités criminelles présumées, qui seront expulsés une fois leur peine purgée.

Lina Yoon a expliqué qu’il y a également 325 réfugiés nord-coréens dans la ville de Tumen, 47 dans le comté de Changbai, 104 dans la ville de Linjiang dans la province du Jilin, 180 à Dandong et 64 à Shenyang dans la province du Liaoning.

La Chine «qualifie régulièrement les Nord-Coréens de migrants économiques illégaux et les rapatrie de force en vertu d’un protocole frontalier bilatéral de 1986. Mais en tant que pays signataire de la Convention de 1951 sur les réfugiés et à son Protocole de 1967, ainsi qu’à la Convention des Nations Unies contre la torture, la Chine est obligée de ne pas repousser quiconque risquerait d’être persécuté ou torturé à son retour».

Les autorités nord-coréennes considèrent les départs du pays sans autorisation comme un crime grave. Étant donné que toute personne qui retourne en Corée du Nord après avoir fui sera probablement torturée ou maltraitée, toutes ont une demande de statut de réfugié dans le pays où elles se rendent.

«La Chine devrait accorder l’asile aux Nord-Coréens en Chine ou leur donner un passage sûr vers la Corée du Sud ou un autre pays tiers sûr. Il devrait permettre à l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés d’exercer son mandat et leur permettre d’avoir accès aux réfugiés nord-coréens détenus», a écrit HRW.

PYONGYANG DÉNONCE LES COMMENTAIRES D’HRW

Le ministère nord-coréen des Affaires étrangères a fustigé HRW en l’accusant d’avoir provoqué un «vacarme des droits de l’Homme anti-chinois» et d’avoir propagé des rumeurs sur des rapatriements forcés.

«Concernant Human Rights Watch, c’est une organisation ignoble de complot des droits de l’Homme, qui se décrit comme une organisation internationale des droits humains. Il est poussé dans un vacarme des droits de l’Homme anti-chinois par les administrations américaines successives», a indiqué le ministère sur son site Internet.

Le ministère a également blâmé l’organisation pour avoir calomnié l’«image exacte» des droits de l’Homme en Chine et propagé des «informations fabriquées» selon lesquelles la Chine viole les droits de l’Homme à Hongkong, au Tibet et dans le territoire autonome du Xinjiang, dans le nord-ouest du pays.

Vous souhaitez en savoir plus, recherchez votre article

%d blogueurs aiment cette page :