D’après l’administration des Douanes, les importations ont grimpé en novembre, alors que les exportations se sont stabilisées, confirmant une légère reprise économique, malgré les tumultes de la victoire du républicain, Donald Trump.

La Chine, 2nde puissance économique mondiale est également la principale puissance commerciale de la planète. Ses importations ont augmenté de 6,7% le mois dernier, à 152,2 milliards de dollars.

Un chiffre bien loin de celui estimé par les experts interrogés par l’agence économique Bloomberg, qui présageaient un repli de 1,9%, en raison des baisses successives de ces deux derniers mois.

Poussées par le gonflement des matières premières industrielles, les importations restent tout de même très élevées.  Cité par l’Agence France Presse, Larry Hu, économiste de Macquarie, a expliqué à l’agence économique que la reprise de la demande intérieure est la cause de cette hausse des importations », d’autant que, la Chine bénéficie de « la vaste amélioration tous azimuts de l’économie mondiale ».

De leurs côtés, les exportations sont restées stables, progressant de 0,1% sur un an en novembre, à 196,8 milliards de dollars. Une note positive pour les économistes, après la dégringolade de plus de 7% d’octobre.

« Ces chiffres meilleurs qu’attendu témoignent du sursaut de la demande mondiale, mais reflètent aussi un regain de vigueur de l’économie chinoise« , a indiqué Julian Evans-Pritchard, analyste du cabinet Capital Economics, à l’AFP. Cependant, « la hausse surprise de novembre n’est probablement qu’un épisode unique qui ne se répètera pas« , d’après Raymond Yeung, analyste de la banque ANZ.

D’autant que l’excédent commercial a diminué le mois dernier de 17,6% par rapport à novembre 2015, à 44,6 milliards de dollars, ce qui pourrait « affaiblir la capacité de la Chine à modérer l’hémorragie de capitaux hors du pays« , a souligné ce dernier.