L’ancien Premier ministre japonais Shinzo Abe a déclaré le 22 mars à la dirigeante Tsai Ing-wen, lors d’une conversation virtuelle que Taïwan et le Japon pourraient collaborer sur des questions de sécurité telles que le partage d’informations dans le cadre des efforts visant à maintenir la région indo-pacifique libre et ouverte, selon le bureau présidentiel de Taiwan.

Pour maintenir la stabilité de la région, il est important que le Japon et Taïwan collaborent au partage d’informations, a déclaré Shinzo Abe (image de Une), selon un compte rendu fourni par le bureau taiwanais du gouvernement.

« La région indo-pacifique doit rester libre et ouverte conformément au droit international », a déclaré l’ancien Premier ministre, ajoutant que « toute tentative de modifier unilatéralement le statu quo par la force devrait être rejetée ».

Tsai Ing-wen a elle fait allusion à l’invasion russe de l’Ukraine et a déclaré qu’« un tel acte de changement du statu quo par la force et de violation de la souveraineté d’une nation démocratique ne devrait jamais être autorisé dans la région indo-pacifique ».

Lire aussi  : La situation de Taiwan diffère avec celle de l’Ukraine

Elle a déclaré que Taïwan se réjouissait d’approfondir ses échanges avec le Japon sur les questions de sécurité et d’autres domaines qui contribueraient à la paix et à la stabilité de la région.

TAIPEI ATTEND LE SOUTIEN DE TOKYO DANS SON DOSSIER CPTPP

Au cours de son entretien, Tsai Ing-wen a également exprimé l’espoir que les autorités japonaises soutiendraient la candidature de Taïwan à rejoindre l’Accord de partenariat transpacifique global et progressiste (CPTPP) et aideraient à faciliter le processus d’ascension du pays.

En réponse, Shinzo Abe, qui s’exprimait en sa qualité de conseiller du groupe parlementaire, a déclaré qu’il attendait avec impatience de voir Taïwan être bientôt accepté par tous les États signataires du CPTPP en tant que membre après avoir satisfait aux normes élevées d’accès au marché requises par le pacte commercial.

Taïwan a demandé en septembre 2021 à rejoindre le bloc commercial dirigé par le Japon, l’un des plus grands au monde avec un marché commun de 500 millions de personnes et représentant 13,5% du commerce mondial. Tout nouveau membre du CPTPP aura besoin de l’appui unanime des 11 membres actuels.

Lire aussi : Taïwan souhaite rejoindre le traité de libre-échange transpacifique

Le groupe parlementaire de Shinzo Abe a adopté une résolution pour défendre son soutien aux efforts de Taïwan pour rejoindre le CPTPP et participer à des organisations internationales telles que l’Assemblée mondiale de la santé, l’organe décisionnel de l’agence de santé des Nations Unies.

Dans la résolution, le groupe a également plaidé pour des relations commerciales et économiques plus approfondies entre le Japon et Taïwan, affirmant que les deux pourraient coopérer dans les domaines de la fabrication et de la technologie.

PÉKIN S’ÉNERVE

Une porte-parole du gouvernement chinois a critiqué les remarques de l’ancien Premier ministre japonais, Shinzo Abe, sur la question de Taiwan.

Zhu Fenglian, porte-parole du Bureau des affaires de Taiwan du Conseil des Affaires d’Etat, a indiqué que « certaines personnes au Japon faisant des remarques erronées sur Taiwan étaient de nature malveillante ».

Cette dernière a exhorté « certaines personnes au Japon à réfléchir profondément à l’histoire, à rectifier leurs erreurs et à revenir sur le droit chemin de l’adhésion au principe d’une seule Chine ».

Elle a ajouté que la tentative de l’autorité du Parti démocrate progressiste de Taiwan de s’appuyer sur les forces extérieures pour rechercher l’« indépendance de Taiwan » était vouée à l’échec.