Le conseiller d’Etat et ministre des Affaires étrangères de la Chine, Wang Yi, a déclaré que « la question de Taiwan diffère par nature de la question de l’Ukraine, et que les deux ne sont pas du tout comparables ».

Pourtant après l’invasion de l’Ukraine par la Russie, Taipei craint de voir la Chine essayer d’envahir l’île. Dans un tel contexte, l’armée taïwanaise a annoncé le lancement les 16 et 17 mars d’exercices militaires extrêmement sensibles. Elle simulera une réaction de ses forces de défense à une tentative de débarquement de l’armée chinoise sur trois des territoires taïwanais les plus éloignés de ses côtes.

Or « la plus grande différence réside dans le fait que Taiwan est une partie inaliénable du territoire de la Chine et que la question de Taiwan relève entièrement des affaires intérieures de la Chine, alors que la question de l’Ukraine est née d’un différend entre deux pays, à savoir la Russie et l’Ukraine« , a indiqué le ministre chinois Wang Yi, lors d’une conférence de presse.

« C’est un acte flagrant de deux poids, deux mesures, que certaines personnes, tout en s’exprimant sur le principe de souveraineté sur la question de l’Ukraine, ont continué à porter atteinte à la souveraineté et à l’intégrité territoriale de la Chine sur la question de Taiwan », a-t-il noté.

« La tension actuelle entre les deux rives a été provoquée par l’autorité du Parti démocrate progressiste (PDP) de Taiwan qui a nié le principe d’une seule Chine, et a tenté de modifier le statu quo selon lequel les deux rives du détroit de Taiwan appartiennent à une seule et même Chine », a-t-il indiqué, avertissant que « ces mouvements ruineraient l’avenir de Taiwan ».

« L’avenir de Taiwan réside dans le développement pacifique des relations entre les deux rives et dans la réunification du pays, plutôt que dans des promesses vaines faites par les forces extérieures », a-t-il ajouté.

De son côté, le ministre de la Défense taïwanais Chiu Kuo-cheng a annoncé au Yuan législatif que son ministère avait créé un groupe spécial de surveillance et d’analyse de la guerre en Ukraine. Le but est d’analyser l’expérience de l’armée ukrainienne dans la guerre asymétrique contre la Russie, afin de la prendre en compte dans la stratégie taïwanaise.

Le ministre Chiu Kuo-cheng a estimé que la Chine accordait pour le moment la priorité à la stabilité interne et qu’aucun mouvement inhabituel de troupes n’avait été observé dans le détroit de Taïwan.

En revanche, la commission ministérielle des affaires continentales a relevé, au sein de la communication officielle chinoise, une insistance plus prononcée sur l’opposition aux indépendantistes taïwanais et sur la promotion de la «réunification» ce qui pourrait être dans l’intention, à l’approche du XXe Congrès du Parti communiste chinois, la stabilité interne.