lundi, mai 20

« Si Trump gagne, la Chine aussi »

Par Project Syndicate, de Chris Patten – Durant les jours les plus sombres de la Seconde Guerre mondiale, alors que de jeunes pilotes britanniques combattaient vaillamment la Luftwaffe au-dessus du sud de l’Angleterre et que les forces allemandes se préparaient à envahir les îles britanniques, le Premier ministre Winston Churchill s’est chargé de remonter le moral de ses concitoyens, en leur offrant un avenir meilleur à espérer.

À cette fin, les discours inspirants de Churchill en temps de guerre comportaient occasionnellement un poème qu’il avait probablement rencontré à l’école de Harrow à la fin du XIXe siècle. Le poème, écrit par Arthur Hugh Clough, un universitaire qui avait été l’assistant de Florence Nightingale, la fondatrice des soins infirmiers modernes, exhortait les gens à rejeter l’idée selon laquelle lutter pour le bien était futile. Il se terminait par la phrase : «Vers l’ouest, regardez, la terre est lumineuse».

Churchill, dont l’affinité pour les États-Unis était influencée par sa mère née aux États-Unis, affirmait avec assurance que les États-Unis continueraient à défendre les valeurs libérales et démocratiques face à la menace totalitaire nazie. Cette déclaration espérait implicitement que, si nécessaire, les États-Unis viendraient en aide au Royaume-Uni et aux autres démocraties libérales d’Europe occidentale.

Cependant, lorsque nous regardons vers l’ouest aujourd’hui, nous voyons des nuages ​​sombres et bas à l’horizon. Si l’ancien président américain Donald Trump remportait l’élection présidentielle de novembre, rien ne garantit qu’il défendrait l’OTAN ou défendrait les valeurs libérales et démocratiques, comme l’ont fait ses prédécesseurs. De même, il y a peu d’espoir que l’Ukraine puisse compter sur son soutien, étant donné que le leader du Parti républicain préfère les dirigeants autoritaires comme le président russe Vladimir Poutine aux alliés démocrates des États-Unis.

Pendant de nombreuses années, «l’Occident» a été utilisé comme un raccourci pour désigner les sociétés libérales-démocratiques du monde entier. Historiquement, les présidents américains ont été les dirigeants de facto de cette alliance, formelle et informelle, tous unis par des valeurs et des principes communs. Mais la possibilité croissante d’un retour de Trump à la Maison Blanche en 2025 remet en question la stabilité de cette coalition.

L’alliance démocratique occidentale peut-elle supporter un président américain qui ne croit pas aux élections libres et équitables ? Trump, qui fait actuellement face à quatre inculpations pénales et à 91 accusations criminelles, semble considérer l’État de droit comme un moyen de régler ses comptes avec ses détracteurs et ses ennemis perçus, plutôt que comme un pilier fondamental de la gouvernance démocratique. S’il devait être élu, il ne fait aucun doute que son deuxième mandat mettrait les États-Unis sur la voie d’un régime autoritaire.

Alors que les modèles de gouvernance occidentaux et chinois se disputent la domination mondiale, une éventuelle victoire de Trump pourrait faire pencher la balance en faveur de ce dernier. Dans leur ouvrage récent et perspicace, The Political Thought of Xi Jinping, Steve Tsang et Olivia Cheung soutiennent que le président chinois ne propose pas d’alternative à l’ordre international libéral d’après-guerre. Au lieu de cela, la stratégie de Xi est ancrée dans sa vision de la Chine comme un État léniniste à parti unique dirigé par un seul dirigeant – lui-même.

Par conséquent, les intérêts politiques nationaux de Xi éclipsent systématiquement toute notion de responsabilité mondiale. Il adhère au concept confucéen du «Mandat du Ciel», selon lequel les dirigeants tirent leur légitimité de la sélection divine, et il s’attend à ce que son régime soit traité avec la même déférence accordée à la Chine impériale à son apogée.

De plus, Xi a vanté à plusieurs reprises le système autoritaire chinois comme un modèle de gouvernance à suivre. Il estime que lorsque les pays, en particulier ceux du Sud, auront le choix, ils trouveront le modèle chinois plus attrayant que la démocratie de type occidental. Cela pourrait bien être le cas si Trump gagnait en novembre et dirigeait une administration en proie à la corruption et au chaos.

Pour que l’ordre libéral-démocratique perdure, les pays occidentaux doivent défendre les principes qui ont soutenu leur succès pendant près de 80 ans de paix et de prospérité relatives. Mais il ne suffit pas de lutter pour ces valeurs en Ukraine, en Asie de l’Est ou au Moyen-Orient, ils doivent également être respectés au niveau national. Comme l’a dit Adlai Stevenson, deux fois candidat démocrate à la présidence et qui a été ambassadeur des États-Unis auprès des Nations Unies entre 1961 et 1965 : «Nous ne pouvons pas être plus forts dans notre politique étrangère – malgré toutes les bombes et les armes que nous pouvons accumuler dans ce pays». nos arsenaux – que nous ne le sommes dans l’esprit qui règne à l’intérieur du pays.

Trump ne partage clairement pas ce sentiment, pas plus que ses compatriotes républicains, qui semblent presque tous avoir abandonné leurs principes ou, à tout le moins, les avoir cachés pour sauver leur propre avenir politique. Ceux d’entre nous qui vivent en dehors des États-Unis et admirent leurs réalisations et leurs principes fondateurs prient pour que les Américains fassent le bon choix lorsqu’ils voteront en novembre. Alors, et alors seulement, nous pourrons déclarer, avec la même confiance que Churchill : «Vers l’ouest, regardez, la terre est lumineuse.»

Chris Patten, dernier gouverneur britannique de Hong Kong et ancien commissaire européen aux affaires extérieures, est chancelier de l’Université d’Oxford et auteur de The Hong Kong Diaries (Allen Lane, 2022).

Droit d’auteur : Syndicat du projet, 2024.
www.project-syndicate.org

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *