Après la rupture des relations du Burkina Faso, Taipei a tenu à consolider ses relations avec le Swaziland, le roi Mswati III a assisté à la signature d’un accord bilatéral de coopération économique au côté de la dirigeante Tsai Ing-wen.

Cet accord de coopération économique, signé par le ministre taïwanais de l’économie, Shen Jong-chin, et le ministre swazi du commerce et des échanges, Jabulani Mabuza, marque le 50ème anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre les deux pays. Une série de timbres commémoratifs a aussi été émis par Chunghwa Post, la poste taïwanaise, à l’occasion de cet anniversaire.

En visite à Taïwan du 6 au 12 juin, le roi Mswati III d’eSwatini (le nouveau nom du Swaziland), a été reçu au Palais présidentiel, à Taipei, par Tsai Ing-wen, qui l’a remercié de «son soutien fidèle à la participation de Taïwan dans les instances internationales».

«Même si sa situation sur la scène internationale est difficile, Taiwan n’entend pas s’isoler de la communauté internationale», a déclaré Tsai Ing-wen. Cette dernière a indiqué que «Taïwan n’entend pas pratiquer une diplomatie du carnet de chèques mais au contraire construire avec les pays alliés et l’ensemble de la communauté internationale des coopérations mutuellement bénéfiques et apportant un véritable changement pour les populations».

Petit bémol. Lors d’un point presse, le porte-parole du ministère des affaires étrangères, Andrew Lee, a minimisé les spéculations annonçant un prochain rapprochement d’eSwatini avec la Chine au détriment de Taïwan.

«Nos relations avec eSwatini sont actuellement encore très fermes. La visite du roi swazi à Taïwan qui intervient moins de deux mois après le déplacement de Tsai Ing-wen en eSwatini a pour but d’une part d’affirmer ces relations et d’autre part de lui permettre de prendre part à la cérémonie de remise de diplôme de son fils. Le gouvernement souhaite offrir le meilleur accueil au roi swazi en témoignage de notre profonde amitié bilatérale», a assuré Andrew Lee.

Taipei s’assure de la loyauté de ses deux derniers alliés africains