Centre de la production de drogue dans le Triangle d’or, le département en charge de la santé du Yunnan a décidé de promouvoir une nouvelle méthode de test anti-drogue, basé sur les cheveux au lieu du sang et de l’urine.

L’Institut du Yunnan de lutte contre la toxicomanie participe ainsi à la lutte contre la drogue de la police du Yunnan, qui «constitue un front majeur de la lutte chinoise contre les crimes liés à la drogue».

L’Institut a réalisé un nouveau test sur 100 toxicomanes, nouvellement arrivés dans au centre provincial de désintoxication. D’après Wen Pinyuan, directeur de l’institut relevant du département provincial de la santé, «le test a montré que 93% de ces personnes étaient positives à la morphine ou à la méthamphétamine».

Pour ce dernier, «le résultat était le même que celui donné par le test de drogue basé sur un échantillon d’urine mené sur le même groupe de personnes», mais «par rapport aux échantillons de sang et d’urine, ceux de cheveux ont l’avantage d’être plus stables, faciles à obtenir et à conserver».

Lutte antidrogue, la Chine souhaite créer une agence au sein de l’OCS