L’armée taïwanaise a abattu ce 1er septembre pour la première fois un drone civil non identifié qui avait pénétré dans son espace aérien près d’un îlot au large des côtes chinoises. Cet acte montre, selon certains analystes, la détermination affichée par le gouvernement taïwanais à faire face aux multiples intrusions.

La Chine considère Taïwan comme une province rebelle, appartenant à son territoire. Pékin a organisé des exercices militaires autour de l’île depuis le début du mois dernier, en réaction à la visite à Taipei de la présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, Nancy Pelosi.

Lire l’ensemble des articles autour de la visite de Nancy Pelosi à Taipei

Le gouvernement de Taïwan a déclaré qu’il ne provoquerait ni n’aggraverait les tensions, mais il ne cache pas son irritation face à la multiplication des survols par des drones d’îles sous son contrôle près de la côte chinoise.

Le commandement de la défense de Kinmen, un archipel d’îles contrôlées par Taïwan situées en face des villes chinoises de Xiamen et Quanzhou, a déclaré que le drone abattu avait pénétré dans l’espace aérien taïwanais au-dessus de l’îlot du Lion.

Conformément aux règles d’engagement en quatre étapes de Taiwan pour les rencontres avec des drones – « tirer des fusées éclairantes, signaler l’incursion, expulser le drone et finalement l’abattre » – le commandement a déclaré que les soldats avaient d’abord tiré des fusées éclairantes près des drones.

Alors que les drones continuaient à planer, des tirs à balles réelles ont été tirés pour les expulser, a indiqué le commandement, ajoutant qu’ils se sont envolés vers Xiamen sur la côte chinoise à environ 5 km. Le commandement n’a fourni aucun détail sur le nombre de coups de feu tirés ou sur le type d’armes utilisées.

Dans un communiqué publié par le ministère de la défense de Taïwan, les autorités ont dit avoir effectuer de premiers tirs de semonce contre un drone chinois le 30 août, peu après que la dirigeante de Taiwan, Tsai Ing-wen, avait ordonné à l’armée de prendre des « contre-mesures fortes » contre ce qu’elle a qualifié de provocations chinoises.

Tsai Ing-wen a répété ce message dans un discours aux forces armées, pendant lequel elle a accusé la Chine d’utiliser des drones et d’autres tactiques pour tenter d’intimider Taïwan, a indiqué son bureau dans un communiqué.