lundi, mai 20

La stratégie d’intérêts des BRICS et de l’Afrique

Le prochain 15e Sommet des BRICS, prévu en Afrique du Sud du 22 au 24 août 2023, a suscité un vif intérêt et une vive attente. Cette anticipation est alimentée non seulement par l’importance inhérente du sommet, mais également par les circonstances intrigantes entourant le président russe Vladimir Poutine, qui ont conduit à des spéculations sur la possibilité de son arrestation.

Ajoutant à cette intrigue, le sommet marquera également la première fois depuis le déclenchement de la pandémie de COVID-19 et les restrictions mondiales qui ont suivi qu’un sommet des BRICS se tiendra en personne.

L’anticipation initiale concernant la participation du président Poutine a été résolue grâce à un accord mutuel entre les pays membres. Il a été confirmé que le président Poutine ne participerait pas en personne au sommet ; il sera représenté par son ministre des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov.

Malgré ce changement, il reste une grande attente et un grand enthousiasme concernant les résultats et les discussions qui se dérouleront au cours du Sommet.

Les intérêts de l’Afrique, en particulier, sont d’une importance capitale dans ce contexte, et il y a beaucoup à espérer quant à l’impact que les BRICS auront sur le continent. Cet événement revêt une immense importance pour les pays BRICS, la communauté mondiale et l’Afrique, alors qu’ils défendent leurs intérêts dans ce paysage géopolitique dynamique.

Qu’est-ce que les BRICS et pourquoi est-ce important ?

Les BRICS, initialement connus sous le nom de BRIC, sont une alliance importante regroupant les principales économies mondiales, à savoir le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud, cette dernière ayant rejoint le groupe en 2010 pour l’élargir de sa composition initiale de quatre membres. Le terme  BRIC», inventé pour la première fois par l’économiste Jim O’Neill de Goldman Sachs en 2001, a été conçu pour identifier un collectif d’économies à croissance rapide prêtes à affirmer leur domination sur l’économie mondiale d’ici 2050.

Les BRICS sont devenus l’un des blocs économiques les plus importants au monde, représentant collectivement plus d’un quart du PIB mondial et 42% de la population mondiale totale.

Depuis 2009, les pays BRICS organisent des sommets annuels, chaque pays membre organisant ces réunions à tour de rôle. Avant l’inclusion de l’Afrique du Sud, le groupe a organisé deux sommets sous la désignation BRIC, l’un en 2009 et l’autre en 2010. Le sommet inaugural des BRICS réunissant les cinq membres a eu lieu en 2011, consolidant l’influence élargie du groupe.

Le 15e sommet des BRICS en Afrique du Sud et à quoi s’attendre

Bien que l’ordre du jour ou les questions centrales spécifiques qui seront abordées lors du Sommet et d’autres questions politiques connexes n’aient pas encore été publiés, il reste beaucoup à anticiper. Le sommet devrait donner lieu à des développements et à des discussions importants susceptibles de façonner le paysage géopolitique.

  • Problèmes géopolitiques : étant donné le conflit en cours entre la Russie et l’Ukraine, les discussions concernant son impact mondial sur l’approvisionnement en céréales et les prix de l’énergie, qui ont alimenté l’inflation dans de nombreuses régions du monde, seront probablement un sujet central.
  • Coopération économique plus approfondie : alors que les discussions sur la coopération économique intra-BRICS ont toujours été à l’ordre du jour, ces discussions sont susceptibles de s’intensifier en raison des sanctions économiques imposées par les pays occidentaux à la Russie, principal membre des BRICS. De plus, comme ce sommet représente la première réunion en personne depuis le début de la pandémie, il y aura probablement des discussions sur les stratégies de relance post-pandémique et les efforts visant à atténuer les impacts actuels de la COVID-19 sur les pays membres.
  • La perspective d’une monnaie mondiale alternative : Sous le choc des sanctions contre la Russie, la Nouvelle Banque de Développement (NDB), qui sert d’institution financière officielle établie par les pays BRICS, visera à améliorer l’utilisation des monnaies locales parmi ses membres. nations. Cet effort vise à réduire l’exposition aux risques liés aux fluctuations des taux de change. Le ministre des Finances sud-africain a fait cette observation à Reuters avant le sommet. Il est intéressant de noter que cette année, on a assisté à une tendance graduelle mais notable parmi plusieurs pays qui s’éloignent partiellement du dollar américain (USD) au profit de monnaies alternatives pour les règlements commerciaux internationaux. Par conséquent, il y a eu une vague de rapports sur les médias traditionnels et sociaux spéculant sur l’avenir du dollar américain et sur le concept de l’étalon-or internationalement accepté.
  • L’expansion des BRICS : l’Afrique du Sud, la Chine et la Russie, en particulier, souhaitent que les BRICS deviennent les champions du monde en développement et accordent une attention particulière à l’expansion du club comme moyen de contrebalancer l’hégémonie perçue de l’Occident dirigé par les États-Unis. dans les affaires mondiales. Avant le 15e sommet, le plus haut diplomate sud-africain responsable des relations avec les BRICS a indiqué que plus de 40 pays ont exprimé leur intérêt à rejoindre le groupe, qui comprend des pays comme l’Argentine, l’Iran, l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, Cuba et la République démocratique. du Congo, des Comores, du Gabon et du Kazakhstan. Cet intérêt s’ajoute aux 22 pays qui ont officiellement demandé à adhérer.
  • Intérêts africains : Compte tenu du sommet en Afrique du Sud, les intérêts africains devraient passer au premier plan. Les discussions pourraient se concentrer sur la manière dont les BRICS peuvent soutenir le développement, les investissements et le commerce de l’Afrique et relever les défis régionaux.

Les BRICS et l’Afrique

Le thème choisi pour le 15e Sommet en Afrique du Sud, «Les BRICS et l’Afrique : partenariat pour une croissance mutuellement accélérée, un développement durable et un multilatéralisme inclusif», résonne profondément, soulignant l’enjeu important de l’Afrique dans l’alliance des BRICS. Ce thème souligne les avantages mutuels qui peuvent découler de la collaboration entre les pays des BRICS et l’Afrique, révélant une reconnaissance explicite de la valeur que les deux parties apportent à la table.

Plusieurs pays africains, dont l’Algérie, l’Égypte et l’Éthiopie, ont déjà pris des mesures concrètes en postulant officiellement à rejoindre les BRICS, une démarche révélatrice du vif intérêt de l’Afrique pour cette alliance influente. D’autres pays comme le Zimbabwe, le Nigeria, le Soudan et la Tunisie ont également exprimé leur aspiration à adhérer. Ce regain d’intérêt soulève une question essentielle : qu’est-ce qui motive précisément l’enthousiasme de l’Afrique pour les BRICS ?

L’intérêt de l’Afrique pour les BRICS peut être compris sous différents angles, chacun soulignant les avantages potentiels que le continent peut tirer de ce partenariat. Ces intérêts comprennent :

  • Diplomatie politique en évolution : Pour de nombreux pays africains, le bloc BRICS est une force formidable capable de défier les systèmes de gouvernance mondiale majoritairement dirigés par l’Occident. En tant que tels, les BRICS offrent potentiellement à l’Afrique une plate-forme élevée pour interagir avec des partenaires mondiaux influents, renforçant ainsi considérablement l’influence diplomatique de l’Afrique pour défendre ses intérêts mondiaux.
  • Opportunités économiques : Avec la Chine en première ligne, les BRICS sont le partenaire commercial le plus important de l’Afrique. De plus, les BRICS manifestent un intérêt substantiel en matière d’investissement en Afrique. Du point de vue africain, ces pays BRICS ne sont pas seulement des partenaires commerciaux mais des alliés indispensables pour favoriser le commerce, attirer les investissements et favoriser une coopération économique approfondie. La collaboration avec les BRICS est considérée comme un catalyseur pour propulser la croissance économique et la diversification dans les pays africains, principalement en raison des vastes marchés et ressources de ces pays.
  • Une nouvelle source de financement du développement : les pays BRICS ont le potentiel de révolutionner la manière dont les pays africains financent leurs projets d’infrastructure cruciaux. Ces économies émergentes accordent systématiquement une aide financière aux initiatives de développement de l’Afrique. De tels investissements s’avèrent essentiels au financement de projets d’infrastructures critiques essentiels au développement durable. Ces projets englobent l’énergie, les transports et la technologie, qui constituent tous le fondement d’un avenir prospère et résilient.
  • Promouvoir la collaboration Sud-Sud : le collectif BRICS incarne le concept de collaboration Sud-Sud, où les nations émergentes unissent leurs forces pour relever des défis communs. Cette approche résonne profondément avec les aspirations de l’Afrique, favorisant la coopération et le soutien mutuel entre les pays confrontés à des obstacles de développement similaires. En s’alignant sur les BRICS, l’Afrique amplifie son engagement envers cette philosophie de collaboration, favorisant le progrès et favorisant la synergie pour résoudre les problèmes les plus importants.

Remarques finales

Le 15e Sommet des BRICS en Afrique du Sud est crucial, sur le point de façonner la trajectoire de l’alliance des BRICS et les intérêts stratégiques de l’Afrique. Le thème choisi souligne la relation symbiotique entre ces deux entités influentes, soulignant la valeur substantielle que chacune apporte au partenariat.

L’engagement proactif de l’Afrique avec les BRICS est évident dans l’intérêt croissant exprimé par des pays comme l’Algérie, l’Égypte, l’Éthiopie, le Zimbabwe, le Nigeria, le Soudan et la Tunisie à rejoindre ou à approfondir leurs liens avec l’alliance.

À mesure que le sommet se déroule, il revêt une importance immense pour les pays membres des BRICS et la communauté mondiale. L’Afrique, en particulier, devrait bénéficier de cet engagement dynamique, en tirant parti de la force collective des BRICS pour promouvoir ses intérêts mondiaux.

Le voyage à venir pour les BRICS et l’Afrique promet un soutien mutuel, des progrès et une vision commune pour un avenir plus équitable et plus prospère.

Dr Hagan Sibiri
Chercheur principal
Centre Afrique-Chine de politique et de conseil

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *