Le fabricant de puces taïwanais TSMC a enregistré un bond de 80% de son bénéfice net au troisième trimestre 2022, selon les calculs de l’agence de presse Reuters, soutenu par les fortes ventes de ses puces avancées, malgré un ralentissement de l’industrie mondiale des puces en raison de vents contraires économiques.

Taiwan Semiconductor Manufacturing Co Ltd (TSMC), le plus grand fabricant de puces à façon au monde et l’un des principaux fournisseurs d’Apple Inc, a vu son bénéfice net pour la période juillet-septembre passer à 280,9 milliards de dollars taïwanais (8,81 milliards de dollars), contre 156,3 milliards de dollars taïwanais un an plus tôt.

Ce résultat a été comparé à la moyenne de 265,64 milliards de dollars taïwanais des estimations de 21 analystes compilées par Refinitiv. Pour Josep Bori, directeur de recherche thématique chez GlobalData , « les solides résultats de TSMC au troisième trimestre 2022 pourraient lui valoir le surnom de ‘dernier homme debout’ compte tenu du contexte actuel du secteur. Des avertissements sur les bénéfices d’Intel et de Nvidia aux perspectives négatives plus récentes de Samsung, AMD, Kioxia et Micron, il est clair que la demande de semi-conducteurs perd de son élan. Pourtant, TSMC a réussi à générer de la croissance et à offrir des perspectives supérieures aux attentes du marché ».

Ce dernier a expliqué que « malgré les avertissements de la direction sur l’affaiblissement de la demande du marché final et les ajustements continus des stocks des clients, la société reste structurellement très bien positionnée. Ses technologies avancées (c’est-à-dire les nœuds de 5 et 7 nanomètres) ont représenté 54% du chiffre d’affaires total des plaquettes, contre 51 % au dernier trimestre. Ce leadership en matière de technologie de fabrication place TSMC au centre de la stratégie d’intelligence artificielle (IA) de tout pays, car les puces d’IA avancées nécessitent ce niveau de miniaturisation ».

« Par conséquent, l’inquiétude des investisseurs concernant le ralentissement de la demande de puces post-COVID alors que nous entrons probablement dans une récession mondiale pâlit face à l’escalade du différend commercial entre les États-Unis et la Chine. Alors qu’aujourd’hui, l’accent sera probablement mis sur les solides résultats de TSMC, la question fondamentale dans les mois à venir est de savoir comment TSMC, Samsung et ASML réagiront aux restrictions plus larges sur l’exportation de puces et d’outils avancés vers la Chine annoncées vendredi dernier. Rester neutre deviendra de plus en plus difficile pour les entreprises basées à Taïwan, en Corée, aux Pays-Bas ou au Japon, malgré les coûts économiques importants de ne pas le faire », a assuré ce dernier.

« Comme l’a démontré la flambée de tension géopolitique au début du mois d’août après la visite à Taiwan de Nancy Pelosi, les interdictions d’exportation américaines sur la technologie des puces transcendent l’industrie des semi-conducteurs » a expliqué l’analyste de GlobalData.

Selon GlobalData, il s’agit de la domination de l’IA, qui sous-tend ce que beaucoup appellent la 5e révolution industrielle, et, en fin de compte, du leadership économique mondial dans les prochaines décennies.

Le dernier rapport de GlobalData, «Artificial Intelligence (AI) Chips – Thematic Research», prédit que l’adoption accélérée de l’IA dans les cas d’utilisation commerciale et militaire fera passer les revenus mondiaux des puces d’IA de 12 milliards de dollars en 2021 à 130 milliards de dollars en 2030, dans un complexe taux de croissance annuel (TCAC) de 30%.