Le gouvernement canadien a confirmé ce 19 décembre l’arrestation d’un troisième ressortissant canadien en Chine, trois semaines après l’interpellation à Vancouver de la directrice financière du géant chinois des télécoms Huawei.

« Le ministère des Affaires étrangères du Canada est au courant de la détention d’un citoyen canadien en Chine », a déclaré une porte-parole canadienne à l’Agence France Presse, confirmant des informations du journal National Post.

D’après Nation Post, il ne s’agirait pas d’un diplomate, ni d’un responsable d’entreprise basé en Chine. Le gouvernement canadien a seulement précisé que « des responsables consulaires (assistaient) la famille » de ce troisième ressortissant canadien, mais qu’en raison des lois sur la vie privée « aucune information supplémentaire ne (pouvait) être dévoilée ».

Il semblerait d’après l’AFP que cette « cette affaire soit liée aux autres cas récents de Canadiens arrêtés en Chine ». Interrogée lors d’un point presse, une porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères a assuré ne pas être au courant de ces informations.

Il s’agit de la troisième interpellation d’un Canadien après celles de deux hommes en début de semaine dernière: l’ex-diplomate Michael Kovrig, employé par l’association International Crisis Group (ICG), et Michael Spavor, un consultant fréquemment en relation avec la Corée du Nord.